Kinderzimmer de Valentine Goby

On croit toujours qu’on a beaucoup lu sur les camps de concentration, on croit qu’on en a même trop lu. Et pourtant, on se trompe. kinderzimmerNon seulement parce qu’on ne mettre jamais assez l’accent sur les folies dont peuvent se rendre coupable les hommes mais également parce que régulièrement, on tombe sur un roman qui parle d’un aspect encore peu traité ou qui en parle tellement différemment… et le roman de Valentine Goby n’est pas un simple roman de plus sur le sujet, c’est surtout un roman coup de poing, un roman qui prend aux tripes, un des ces romans qui fait entendre des cris de bébé la nuit…

Quand la jeune Mila est déportée, elle découvre qu’elle est enceinte. Du moins, elle le suppose puisque ses règles ont disparu. A Ravensbrück, commence la terrible lutte pour la survie, pour garder un semblant de dignité, pour échapper aux sélections. Alors c’est bien à son insu, au final, que grandit en son corps ce bébé à naître, ne prenant pas de place, bougeant à peine, comme s’excusant d’exister avant même d’être né. Quel avenir peut donc avoir un enfant naissant dans cet enfer ?

Mais Mila va faire de chaque jour un combat. Elle va mettre son enfant au monde et celui-ci va être accueilli dans un endroit qu’on n’aurait pas soupçonné dans un endroit pareil : la Kinderzimmer. Une nurserie au sein du camp. Un endroit où on tente de faire survivre les bébés de ces femmes déportées, un endroit où les bébés sont déjà vieux à leur naissance, un endroit porteur de mort plus que d’espoir. Mais un îlot pour ces femmes, malgré tout, un espoir que la vraie vie puisse encore exister, quelque part, en dehors de ces murs, une preuve que la vie peut naître dans cet endroit de mort.

Si la vie de Mila dans le camp attrape le lecteur aux tripes avant la venue de l’enfant, c’est surtout le récit qui suit la naissance qui m’a bouleversée. Comme je le disais au départ, j’ai lu beaucoup de littérature concentrationnaire, autour de laquelle j’avais même suivi un semestre à la fac. Mais ce récit combine l’horreur d’une époque et l’horreur de mères tentant de faire survivre leur enfant alors qu’elles peinent déjà à survivre elles-mêmes. Cette souffrance, elle nous prend au corps, elle nous prend au coeur. La romancière réussit un coup de maître avec ce roman poignant qui de plus ajoute à la force de l’histoire, celle des mots. Grâce à cette très belle écriture, Valentine Goby introduit un faisceau de lumière au milieu des ténèbres, elle montre à quel point l’instinct de survie et la rage d’avancer ont pu permettre à certains de survivre à l’insurmontable. On la remercie donc de prêter sa voix et de continuer à communiquer sur ce qu’on aurait pu imaginer indicible.

Les avis de Jostein, Sophie L, Clara, Cajou

Rentrée 2013

Vous aimerez aussi...

48 réponses

  1. Aifelle dit :

    J’aime bien ton introduction, c’est exactement ce que je me dis .. il vient d’arriver à la bibliothèque, je le prendrai, sans urgence.

  2. sylire dit :

    Le sujet est un peu effrayant mais ce que j’ai lu de ce livre ici ou là (et chez toi) me donne envie de le lire.

  3. clara dit :

    un livre qui laisse sans voix!

  4. Noukette dit :

    Pour toutes les raisons que tu viens si bien d’évoquer… il me faut lire ce roman très vite ! En haut de la pile, même si ce n’est pas trop une lecture de vacances…

  5. Jostein dit :

    Ta très belle chronique ajoute une voix supplémentaire en faveur de ce roman. Il ne fait pas l’unanimité mais ceux qui ont été « pris aux tripes » ( comme tu le dis) en parle très bien.

    • Stephie dit :

      Merci pour ton gentil commentaire. Tout le monde n’a pas été convaincu, c’est normal. C’est difficile et l’écriture est particulière, ambitieuse.

  6. Anne Sophie dit :

    Je l’ai eu entre les mains à la librairie mais n’ai pas osé franchir le pas, car l’écriture semble très spéciale…

  7. Cajou dit :

    Comme toi, j’ai suivi un cours durant 1 an sur la littérature concentrationnaire à la FAC, et ce roman m’a semblé porter un regard tout à fait neuf, qui m’a touché d’une façon différente, et plus intense, que les autres.
    Des bisous

    • Stephie dit :

      On parle moins de la vie des femmes dans les camps que celle des hommes. Tu as lu Charlotte Delbo ? Ca m’avait beaucoup remuée aussi et ce n’était pas de la fiction, donc forcément… Bises ma belle

  8. yueyin dit :

    tu me fais quand même un pue peur en fait 🙂

  9. jerome dit :

    Une lecture prévue d’ici peu. Ton avis enthousiaste me donne encore plus envie de m’y lancer.

  10. Eulimene dit :

    Lecture prévue pour moi aussi !

  11. Neph dit :

    Je l’ai lu sans le chroniquer, et je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal, notamment avec la question de l’enfant (légitime ou non) car j’ai trouvé son traitement très décevant, à la fois dans le camp et après. Mais l’idée de départ était bonne.

  12. Sophielit dit :

    Il n’y aura jamais un livre de trop sur le sujet concentrationnaire… nous sommes d’accord. Et je vois que tu as aimé ce roman encore plus que moi !

    • Stephie dit :

      Oui, je pense qu’on n’aura jamais tout dit. Chaque épisode tragique de l’Histoire comporte tant de pans plus sordides les uns que les autres.

  13. Leiloona dit :

    Dans ma liste … Il faut maintenant que j’écoule le peu de romans (si si) de la rentrée qu’il me reste à lire, avant d’en prendre d’autres.

  14. faurelix dit :

    ca y est, il a intégré ma PAL, je n’ai fait que survoler ton avis, j’ai hâte de le lire en tout cas 🙂

  15. vicim /Sophie dit :

    Je vais le commander de suite. Belle journée et bonnes vacances. Bises

  16. Brize dit :

    Pas fini la rédaction de mon billet, donc je reviendrai lire le tien dès que ce sera chose faite !

  17. J’ai bien le projet de le lire. On ne m’en a dit que du bien. Et même mieux que ça.
    Bon dimanche.

  18. Un roman qui me tente de plus en plus.

  19. Sara dit :

    Je voulais le lire à sa sortie, puis je l’avais un peu oublié. Là, je crois qu’il sera dans ma prochaine commande ! Je crois qu’il a tout pour me plaire !

  20. dan dit :

    Je l’ai cherché sans le trouver dans ma petite librairie. Je le garde sur ma liste, je ne connaissais pas du tout l’existence de ces nurseries dans les camps, pourtant comme toi j’ai beaucoup lu sur ce sujet. Merci pour ce billet, très éclairant!

  21. cartonsdemma dit :

    Je sais déjà que ce sera une lecture très dure mais ton billet me donne envie de le lire quand même

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :