Je reviens de mourir – Antoine Dole

je-reviens-de-mourir    Ce week-end, j’ai lu un roman terrible. Un de ceux qui vous balancent un coup de poing dans le ventre, ne peuvent vous laisser indifférent

    Dans ce roman, deux récits de jeunes femmes se croisent. Un chapitre chacune. Un va et vient douloureux d’une histoire à l’autre.

    D’un côté, il y a Marion. Elle aime Nicolas au point de tout supporter de lui : sa violence physique, ses injures. Mais Nicolas va plus loin et lui demande de vendre son corps à des hommes. Marion cède.

    De l’autre, il y a Eve qui a un appétit malsain des hommes. Elle baise avec le premier venu, sans jamais être rassasiée. Elle tente de faire taire quelque chose qui hurle en elle. Jusqu’au jour où elle rencontre David. Mais sera-t-il à la hauteur de son mal ?

    Je reviens de mourir est le premier roman d’Antoine Dole, un roman qui compte beaucoup pour lui comme il ne nous l’avait raconté à Noukette et à moi lors d’une signature. C’est un roman d’une force inouïe dans lequel l’auteur montre d’emblée qu’il a une plume bien à lui, une force littéraire. J’aime le style qui mêle des phrases courtes, incisives et qui mêlent parfois vulgarité et poésie. Je ne saurai trop vous l’expliquer car je pense bien que c’est la première fois que je lis quelque chose comme cela.

    Ce bouquin se lit d’une traite, en apnée. C’est un roman très dur que je ne recommanderais pas avant le lycée. Je pense même qu’il gagnerait à être réédité dans une collection pour adultes car je suis certaine qu’il mérite de rencontrer beaucoup plus de lecteurs. Je pense en boucle à Eve et à Marion, à ces femmes qui souffrent, ne s’aiment pas assez pour faire de leur vie quelque chose de plus doux.

    Je ne vous raconterai pas la fin. Elle est encore plus forte que le reste. J’en suis restée sur le cul.

    Une lecture que je conseille mais pas aux plus jeunes, vraiment. Même si je pense que certaines jeunes filles auraient besoin de lire le danger qui potentiellement les guette, je pense qu’il faut une certaine mâturité pour lire certains passages.

    Antoine Dole parvient à mettre des mots justes et à se glisser dans la vie et dans la peau de ces deux femmes avec un naturel désarmant.

Antoine Dole

Vous aimerez aussi...

48 réponses

  1. saxaoul dit :

    Juste une question : tu as écris ton texte pour l’atelier d’écriture avant d’avoir lu ce livre ou après ? En lisant ton billet, j’ai tout de suite pensé à cette fille qui paie si cher pour être choisie que tu as fait parler hier.

    • Stephie dit :

      Merci de le remarquer. Eh oui, cette lecture a complètement fait dévier ce que je pensais écrire hier.
      Donc rien de personnel dans mon texte d’hier. Juste quelque chose que cette lecture a poussé dans ce que, du coup, j’ai eu besoin d’écrire

  2. saxaoul dit :

    J’aime bien quand les livres me font réfléchir et avancer. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai autant besoin de lire.

    • Stephie dit :

      Et c’est en ça que je peux presque qualifier ce roman de roman engagé. Un de ceux que je vais porter en moi longtemps

      • saxaoul dit :

        Les deux derniers qui m’ont percuté comme ça c’était « Les lisières » et « Rien ne s’oppose à la nuit ». Souvent, ça me touche beaucoup quand il y a un lien avec mon histoire personnelle.

      • Stephie dit :

        Quand on touche à la femme, ça nous concerne toujours un peu. C’est un roman qu’on peut juger trash. Mais il y a des choses qui doivent être dites. Et il le fait vraiment bien

  3. Cajouu dit :

    La dernière fois que je l’ai lu un de tes billets qui m’a donné une folle envie d’achat irrépressible, c’était pour Le faire ou mourir, et je n’ai pas du tout été déçue, que du contraire…. alors je pense que je vais céder, là, tout de suite 🙂
    Merci pour la découverte !

  4. noukette dit :

    Punaise Steph, je viens de le finir à l’instant et je suis toute tourneboulée… Quelle claque, mon dieu, quelle claque ! L’écriture, le ton… tout. J’en suis baba. Et encore plus admirative du talent d’Antoine Dole. Pour un premier roman, c’est un sacré premier roman… Merde alors… J’en parle vendredi, d’ici là, va falloir que je trouve les mots…

  5. aifelle dit :

    Le côté trash me freine un peu, mais tu as raison, il y a des choses qu’il faut dire, je le note pour un moment où je serai prête à le lire (et je me moque de savoir comment tu as eu ce livre, je suis assez grande pour savoir à qui j’ai envie de faire confiance … ou pas).

    • Stephie dit :

      Oh oui, toi tu es grande, je n’en doute pas. Mais les polémiques de certaines commencent à me taper sur le système. Je comprends que Laurent n’ait plus l’envie de bloguer
      Sinon, c’est un roman très dur en effet mais pas glauque pour le plaisir de l’être. Le côté trash sert vraiment les propos de l’auteur. Et souvent, il mêle une très grande finesse littéraire aux images les plus dures.

  6. Louise dit :

    Je vais le lire, j’attends le billet de Noukette. J’ai deux filles, une ado et une jeune adulte, alors on ne peut pas s’empêcher d’avoir peur. Surtout que les relations ont changé. Ah oui alors je vais le lire, Et je le mettrai dans les mains de mes filles.

  7. jerome dit :

    J’étais avec Noukette et toi quand il en a parlé. Je l’avais un peu « oublié » ce titre, heureusement que tu es là pour me le rappeler. En plus il est dispo à la médiathèque (parmi les romans adultes) donc je pense aller le chercher ce midi 😉

  8. Joanna dit :

    Tu causeras la perte de mon compte en banque Stephie! En rupture de stock sur le net (pour ne pas citer le démon Amazon), je viens de le commander d’occaz’ sur PM. Impossible d’aller à ma librairie avec mon gros bide de 8 mois et demi! Bref je reviens t’en dire des nouvelles vite vite!

  9. tibo dit :

    Wahou. Un GRAND merci pour cet article, Stephie, sur l’un de nos « classiques » de la collection EXPRIM’. J’en suis extrêmement touché.

    Bien à vous,

    Tibo Bérard

  10. sandrion dit :

    ça fait plusieurs fois que je lis le nom de cet auteur… faut que je me le procure absolument, tu donnes vraiment envie de le lire !

  11. Je suis très très tentée ! Tu en parles si bien que je ne veux pas passer à côté !

  12. titoulematou dit :

    un auteur que je ne connais pas du tout!!!!très tentant!!!!!!!!!!!

  13. lalorelei dit :

    Whaou, quel sujet ! Mais tu as raison, malgré la couverture plutôt jeunesse, ça a l’air trop fort pour le conseiller aux plus jeunes. Mais j’ai très envie de le lire, besoin de lectures fortes, en ce moment !

  14. Je crois que j’ai trouvé par où découvrir les romans d’Antoine Dole. Merci !

  15. Marion dit :

    Arggghhh il me le faut…

  16. Lael dit :

    A lire ton avis, on ne peut pas passer à côté. Puis la collection Exprim publie des textes souvent percutants et forts. Je note! Je connais Antoine Dole pour Mortelle Adèle, ce sera toujours intéressant de connaître son style littéraire. Merci pour la découverte

  17. Emily dit :

    C’est un livre dont j’ai beaucoup entendu parler (notamment par une camarade qui l’étudiait pour son mémoire sur la littérature ado) mais auquel j’ai toujours eu un peu peur de me frotter (petite nature sensible que je suis). Ton avis me donne envie de m’y mettre enfin, du coup, d’autant que je n’ai jamais rien lu d’Antoine Dole. C’est l’occasion ! 🙂

    • Stephie dit :

      C’est un texte fort ! Rude certes mais d’une belle puissance malgré tout. Un roman qui fera beaucoup réfléchir les jeunes femmes, mais aussi leurs mamans, je pense.

  18. Le livre a vraiment l’air super et l’auteur est grrrr ce qui ne gâche rien!

  19. cristie dit :

    Je l’ai noté, encadré, surligné !!!

  20. Tiphanie dit :

    Je l’ajoute à ma wish list. (et pour rebondir sur un des messages facebook, c’est vrai qu’il est beau cet Antoine Dole!)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :