Le testament de Marie – Colm Toibin

Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. Leiloona dit :

    J’ai aimé cette brièveté, peut-être parce que justement le roman n’était pas une redite de l’Histoire et de ses tourments, mais bien la voix d’une mère.

  2. Tu n’es pas la première à poser cette question de la brièveté… pour moi, elle est essentielle car elle traduit l’urgence de raconter.

  3. titine75 dit :

    Je ne l’ai pas encore lu donc je ne peux pas encore donner mon avis sur l’intérêt ou non de la brièveté du texte. Je trouve l’idée de donner la parole à Marie vraiment intéressante et surtout de la regarder comme une mère ordinaire.

  4. jerome dit :

    Toi aussi tu regrettes d’être restée en surface. Perso, je pense que cette brièveté aurait au contraire tout pour me plaire.

  5. J’aime beaucoup les livres sur ce genre de thème mais je ne suis pas totalement convaincue.

  6. Laure Micmelo dit :

    Je me doutais un peu que tu n’avais pas été enthousiasmée … Cette concision m’a au contraire bien convenue, outre la beauté de l’écriture.

  7. sylire dit :

    Très tentée par ce titre pour les raisons que tu cites dans le début de ton billet.

  8. Sur le même thème, il y a le merveilleux « Au nom de la mère » d’Erri De Luca… je conseille !

  9. Karine:) dit :

    Hmmmm… j’aime bien Colm Tolbin mais là, je vais passer mon tour.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :