Ma flemme du mois passé m’a empêchée de vous faire part d’une lecture coup de coeur. Amateurs de thrillers, ramenez votre

miroir alick

peau par ici !!

    Axiandre Martin est vraiment une super flic ! Malheureusement, l’arrestation du tueur en série connu sous le nom du “Purificateur” ne se fait pas sans dommages collatéraux : son coéquipier est tué de manière sordide par le criminel. Axiandre va avoir beaucoup de mal à s’en remettre et pourtant, il va lui falloir traquer un autre tueur en séries, un malade qui enlève des femmes la veille de leur mariage et les tue selon un rituel des plus sordides. Les corps s’entassent, la rumeur publique fait rage et Axiandre peine à sombrer.

    Au récit d’Axiandre se mêlent les récits d’autres personnages dont les histoires vont nourrir, pas à pas, le récit-cadre. Vous ferez donc la connaissance de cet enfant reclus dans un placard et que le père tabasse et viole sans vergogne, celle d’une escort-girl en passe de se brûler les ailes mais vous entrerez également dans la tête du tueur.

    Ce roman est un excellent thriller que je recommande chaudement. Après avoir écrit une trilogie sur les vampires, Alick signe un coup de maître avec ce premier thriller qui on l’espère sera suivi d’un tas d’autres ! Non seulement, j’ai aimé le rythme donné à l’intrigue mais également les différents personnages (surtout quand on comprend comment ils se nourrissent les uns, les autres) et leur passé épouvantable, les scènes macabres et de torture décrites de manière frigorifiante et puis la manière de mener le suspense jusque dans les dernières lignes. Un thriller digne des grands mâitres puisqu’à la fin, vous vous apercevez que vous aviez tous les ingrédients pour comprendre mais que c’était si bien mené qu’on vous a promené par le nez du début à la fin. 

    J’ai vraiment pris un plaisir fou à dévorer ce roman.

 

Petit bémol tout de même : le roman est truffé de fautes d’accord (parfois jusqu’à 2 ou 3 par pages). J’en viens à me demander non seulement comment a été fait le travail de relecture avant impression, mais également sur le fait que l’orthographe ne doit pas gêner les lecteurs puisque l’auteur m’a confié que j’étais la première à lui faire une telle remarque… Alors, cela ne m’a pas empêché d’adorer mais j’attends davantage de l’éditeur quand j’achète un roman…

Polar liliba