sonietchka    Voilà un tout petit roman qui aide à passer un dimanche agréable et à découvrir la littérature russe dont j’ai très peu lu d’auteurs.

De quoi ça parle :
    Sonietchka n’a qu’une passion : la lecture. Cette jeune femme au physique assez ingrat lit sans cesse et ainsi parvient à s’évader de sa petite vie sans relief. Un jour, alors qu’elle travaille à la bibliothèque, un homme se présente pour emprunter des romans français. Et c’est le coup de foudre. Ils se marient et vont vivre de ville en ville, de petite galère en petite galère. Ils auront une fille Tania qui n’a elle comme seule ambition de découvrir les plaisirs de l’amour. Tout aurait pu continuer ainsi si Tania n’avait pas rencontré la très belle Jasia et décidé de la ramener chez elle…

Ce que j’en ai pensé :
    C’est un joli petit roman. L’auteur écrit avec beaucoup de légèreté et de fraîcheur alors que l’ambiance est sombre. Non seulement l’époque est difficile mais le climat qui s’instaure dans cette petite famille met le lecteur un peu mal à l’aise. Les personnages sont touchants et on s’attache vraiment au personnage de  Sonietchka et à sa grande résignation tout au long de sa vie.
    J’ai juste regretté que ne soit pas développé davantage son amour pour la lecture, passages qui pourtant étaient fort prometteurs au début du roman.
    Un auteur que j’ai désormais envie de découvrir.

Une petite citation :

* “Pendant vingt années, de sept à vingt-sept ans, Sonietschka avait lu presque sans discontinuer. Elle tombait en lecture comme on tombe en syncope, ne reprenant ses eprits qu’à la dernière page du livre.”