tous nos petits morceaux J’avais beaucoup aimé son roman Tu devrais voir quelqu’un et j’avais très envie de lire ce qu’elle écrivait comme nouvelles. C’est chose faite et j’en suis ravie.

    Dans ces nouvelles toutes fort différentes, un point commun : le miroir. Qu’il y soit narrateur, acteur ou simple spectateur, le miroir va nous révéler bien plus que des reflets. Et comme le dit la quatrième de couverture “les miroirs en voient de belles…” Toutes ces nouvelles sont vraiment très belles et très différentes à la fois. Par contre, autre point commun que l’aspect speculaire : la force de la plume. J’avais déjà beaucoup aimé son style à l’occasion de ma lecture du roman. Cette fois encore, je me suis délectée des mots, du rythme de la phrase.

    Le plus étonnant est la capacité de l’auteur à se renouveler de nouvelle en nouvelle. Même si j’ai moins aimé les deux dernières, j’ai apprécié de ne pas m’ennuyer un instant malgré la récurrence de l’objet choisi. A vous qui vous demandez ce qu’on peut bien faire d’un miroir tout au long d’un même recueil, tentez l’aventure. L’auteur promène le long de son livre un miroir qui n’épargne rien ni personne: elle y sonde notamment les reflets mais également l’âme humaine. Une très belle réflexion sur l’image que l’on renvoie de nous et sur sa conformité à la réalité.

    Je n’en dirai pas plus car les nouvelles sont courtes et méritent d’être lues sans être déflorées. Je vous souhaite de découvrir cette belle galerie de personnages.