En quelques mots (14)

    Allez, hop, avant l’été, je vous parle de quelques romans vite lus mais que j’ai peur d’oublier très vite. Néanmoins, ils vous feront sans doute passer d’excellents moments cet été.

      Minute papillon est le dernier né d’Aurélie Valognes, qui change d’éditeur et arrive chez Mazarine. J’avais lu et aimé ( à quelques bémols près), son précédent qui vient de ressortir sous le titre En voiture Simone. J’avais donc vraiment hâte de lire ce troisième roman.

    Rose arrive au moment douloureux où nos adolescents quittent le foyer familial pour aller voler de leurs propres ailes. Malheureusement, au même moment, elle perd son emploi. Et le départ de son fils ressemble plus à une fuite qu’autre chose. C’est alors qu’elle se fait embaucher par une femme aussi bizarre qu’autoritaire. Mais elle s’aperçoit vite que ce n’est pas de prendre soin de la mère de son employée qu’il va vraiment s’agir.

    J’ai lu ce roman en très peu de temps mais j’ai trouvé que certains éléments manquaient de liant et de cohérence. Et pourtant, j’ai été séduite par de nombreux ingrédients : le thème du départ des enfants, la solitude de ces gens qui font passer leur job avant tout, certains secrets qu’on garde et qui nous pourrissent la vie. Alors c’est sans doute un goût de trop peu qui m’aura un peu gâché le plaisir de lecture. Vivement le prochain.

    Je suis toujours très curieuse des livres qui sont publiés après avoir été repérés alors qu’ils étaient en auto-édition. Bravo à ces auteurs qui par leur culot et leur persévérance réussissent à se faire remarquer par de gros éditeurs. Et le titre, La délicatesse du homard, m’intrigue déjà depuis plusieurs mois. Je n’ai donc pas hésité à postuler pour un partenariat avec l’éditeur pour découvrir Laure Manel.

    François est directeur d’un centre équestre. Un jour, il va secourir une jeune femme évanouie sur la plage. Au lieu de l’emmener à l’hôpital, il va la recueillir chez lui afin de lui laisser le temps de se reconstruire. Voilà une belle histoire sur le poids du passé, sur la capacité à accepter autrui tel qu’il est, sur la reconstruction.

    Néanmoins, j’ai été gênée par l’absence de rythme et j’ai eu du mal à passer la première moitié du livre. A l’inverse, le dernier quart du livre va beaucoup trop vite et on encaisse trop de choses les unes derrière les autres. C’est fort dommage car la plume est juste et l’idée intéressante. Vivement le prochain roman là aussi.

 

 

    Là encore, Le début des haricots de Fanny Gairal a d’abord cartonné en auto-édition. C’est en faisant une recherche de visuel sur le net que j’ai vu la précédente couverture et que je m’en suis souvenue.

    Anna a la trentaine, elle est médecin urgentiste dans le même hôpital que son père dont elle peine à s’affranchir. Sa carrière roule comme sur des roulettes jusqu’à cette première erreur médicale qu’on lui impute.

    Alors qu’elle atterrit à New-York pour se rendre dans un séminaire au cours duquel elle doit intervenir, Anna pète un plomb. Elle s’inscrit dans un stage de thérapie de groupe et ne donne plus signe de vie à ses proches.

    J’ai lu ce roman en peinant, peu convaincue par le personnage principal et l’enchaînement des situations. Je n’ai pas vraiment accroché au personnage principal et les personnages secondaires m’ont semblé à peine esquissés. La fin est assez prévisible et le style d’écriture s’empêtre parfois trop dans du vocabulaire médical hyper précis qui gêne la fluidité de la lecture. Et pourtant je suis fan des deux grandes séries télévisées se passant dans des hôpitaux.

2 réflexions au sujet de “En quelques mots (14)”

  1. Je me suis lassée du roman de Laure Manel au bout de la moitié, j’avais hâte qu’il se termine. Mais il trouve son public.
    Je n’accroche par contre pas avec les romans d’Aurélie Valognes, ils sont bien écrits mais m’ennuient.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :