Le cabaret des ombres – Hautière / Poitevin

Le cabaret des ombres    Paris, 1909. Pipolet a inventé une énorme machine de guerre financée par un homme répondant au nom de Stingler. Les deux hommes avaient un accord : cette machine ne pouvait servir qu’à la paix. Mais Stingler revient sur sa promesse et tente de buter Pipolet. Celui-ci s’en tire malgré une balle dans le crâne mais avec un sérieux problème de mémoire. Le bonhomme va faire appel à des saltimbanques qu’il prend dans un premier temps pour des super-héros : les Spectaculaires.

    Le cabaret des ombres est un vrai régal ! Les personnages sont savoureux, les situations plus cocasses les unes que les autres et les bots délicieusement choisis. La BD alterne humour et moments de suspense avec beaucoup de brio. On se régale d’un volume rondement mené de bout en bout. De plus, le dessin de Poitevin est splendide. Il croque des personnages caricaturaux et attachants à la fois, des sortes de anti-héros déclenchant des catastrophes mais qui retombent néanmoins plutôt bien sur leurs pieds. De plus, les vues de Paris sont juste splendides !

    En bref, j’ai beaucoup aimé, notamment grâce à l’humour qui est omniprésent. Jacques résumait parfaitement l’ambiance dans son billet de lundi : “Le Cabaret des ombres”, c’est un peu “les X-men”, version “Brigades du tigre”. Je n’ai pas mieux à dire !

Projo Rue de Sèvres

la bd de la semaine

tous les liens chez Noukette

12 réflexions au sujet de “Le cabaret des ombres – Hautière / Poitevin”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :