Chambre 2 de Julie Bonnie

Vous aimerez aussi...

33 réponses

  1. Kathel dit :

    Ton billet rend très bien compte de ce livre… ce qui m’a le plus gêné quand j’ai lu Chambre 2, c’est l’alternance avec la vie passée de la narratrice qui m’a parue moins intéressante, et faire un peu office de “remplissage”. Sinon, je ne crois pas non plus que ce livre veuille absolument renvoyer la femme à sa place de mère… mais c’est intéressant de le penser en contrepoint du petit essai récent de Pia Petersen. Chacun à sa manière renvoie à des questions qui se posent en ce moment, et tant mieux si elles se posent !

    • Stephie dit :

      J’ai ressenti la même chose que toi au début aussi. Et puis son récit m’a intéressée presque jusqu’au bout. Et oui, j’aime me dire que nos lectures nous aident à nous interroger sans cesse 😉

  2. cristie dit :

    Ce n’est pas un livre vers lequel j’irai mais je trouve intéressant ton point de vue et ce droit de réponse à un ressenti différent !

  3. dan dit :

    Tu as éveillé ma curiosité! Je vais essayer de l’emprunter…
    Bisous!

  4. Moka dit :

    Bon alors clairement, je passe mon tour pour ce titre.

  5. katell dit :

    Il me tente beaucoup celui ci malgré ton avis un peu mitigé 😉

  6. antigone dit :

    J’aime bien ce que tu dis en fin de billet sur la maternité, j’approuve… 😉 J’avais noté ce titre, on verra.

  7. Pr.Platypus dit :

    Je suis extrêmement flatté d’être cité dans ces pages ! Pour rebondir sur une de tes remarques et ne pas trop répéter ce que j’ai dit ailleurs, si je dois effectivement trouver un point positif à Chambre 2, c’est l’utilisation du mot orgasme dans une scène d’accouchement. Là, pour le coup, on est vraiment dans un regard non-normé sur l’accouchement car en effet il est rare de parler de ça, et il est rare, du coup, que les femmes osent en parler. La scène en elle-même, en revanche, me rebute parce qu’elle a ce côté “la femme est une déesse de la fertilité qui s’ignore” qui me gêne (au même titre que les scènes du genre “je suis enceinte, je le sais parce que j’ai eu une révélation – pas besoin d’un test, je suis connectée à mon corps”). C’est le côté animal dont tu parles qui me déplaît en fait, je crois, parce qu’il est présenté comme une sorte de voie royale, avec tout le discours anti-médicalisation qu’il implique (qui tient bien sûr de l’effet de mode, mais qui est souvent imposé avec virulence et déplace la conception de ce qu’est une “bonne mère”).
    Pour finir, comme tu le dis l’angle de vue et, simplement, le choix du décor font qu’il est logique qu’on croise plus de mères que dans un roman lambda. Ca n’est pas forcément inintéressant en ce qui concerne le registre des ressentis des mères qui viennent d’accoucher (même si les accouchements pathologiques sont un peu trop présents), mais le regard de Béatrice renvoie toujours la maternité à quelque chose de mystique, à un accomplissement d’ordre quasi-surnaturel et c’est surtout ça qui m’a gêné. On nous parle de prendre du recul par rapport au regard porté sur le corps féminin, et j’ai l’impression que c’est le contraire. Je ressens la même chose par rapport à l’ancienne vie de Béatrice – elle se présente comme une femme “anormale”, “folle”, alors qu’elle est juste un peu anticonformiste : certes, elle est soumise au regard parfois méprisant de certaines personnes, mais finalement je trouve que mettre autant l’accent sur ça est justement très conservateur. Béatrice a fait un choix de vie particulier, mais rien ne légitime sa victimisation. Je crois qu’en fait c’est surtout ce choix de narrateur qui déséquilibre le roman, Béatrice est trop normale, malgré son empathie hors-normes, pour assurer un vrai regard critique sur les codes sociaux imposés aux femmes.

    • Pr.Platypus dit :

      Et je remercie Kathel d’avoir mentionné Pia Petersen : je suis allé lire l’article la concernant et je pense que je vais essayer de trouver Instinct Primaire sous peu !

    • Stephie dit :

      Merci beaucoup pour ce long commentaire très précis. Au fond, je suis d’accord avec toi sur pas mal de choses. Il faut arrêter de voir la maternité comme un truc mystique. Certes c’est quelque chose de très fort mais il faut tout remettre au bon endroit, à sa juste place.
      Pour le personnage de Béatrice, en effet, moi non plus je ne l’ai pas trouvée du tout “folle”. Elle sort un peu du cadre, elle a un mode de vie “bohème” et voilà…
      En tout cas, continue à venir traîner des guêtres ici 😉

  8. Laurie dit :

    Merci Stéphie de donner ton avis sur le livre et de te livrer même un peu plus sur la maternité et autres diktats de la maternité. De même Pr. Platypus il est intéressant de lire ton avis et c’est bien là l’objet des blogs et cela reflète même la grande chance que nous avons de vivre en démocratie!
    Je ne lirai pas ce livre, je ne peux que être d’accord avec toi stephie sur le diktat de “ce-qui-fait-une-bonne-mère” ou encore toi Pr. Platypus sur le côté mystique qui personnellement m’échappe…Je suis juste curieuse de comprendre à quel moment le mot “orgasme” est utilisé pendant l’accouchement car je dois dire que j’en ai marre d’entendre dire que l’accouchement est magique (peut-être mais pas pour toutes) et je trouve que l’on ne nous prépare pas assez (et les pères encore moins!) à la douleur…peut être mon état me fait-il réagir plus sur ce billet, désolé 🙂

    • Stephie dit :

      Ah les hormones de femme enceinte, mdr ! Pour l’orgasme, c’est au moment de l’expulsion du bébé. Quant à la préparation à la douleur, ce n’est pas faux. On médicalise beaucoup mais on accompagne peu au final. Et dans ce roman, d’ailleurs, on ressent assez fort le mépris du personnel médical.

  9. Jérôme dit :

    Clairement je ne lirai pas ce roman mais j’aime beaucoup ton point de vue sur la maternité.

  10. clara dit :

    Pour l’anecdote, je me souviens pour ma fille aînée d’avoir été sermonnée car je ne voulais pas allaiter…
    J’ai vraiment aimé ce livre !

  11. Leiloona dit :

    Un sujet inépuisable … Avec des points de vue différents. Le problème est toujours, comme tu le dis si bien, d’imposer aux autres une façon de vivre sa maternité.
    Envie de le lire, mais pas tout de suite, et puis comme le sujet m’importe vraiment peu en ce moment …

  12. Marion dit :

    Je passe mon tour, mais j’aime bien l’illustration de la première de couverture !

  13. Sharon dit :

    Sincèrement, je n’ai pas envie de lire ce livre – je crains aussi ce regard réducteur sur la femme, qui ne s’accomplirait que dans la maternité. Puis, j’ai le “bonheur” d’entendre fréquemment le récit des accouchements de mes collègues ou des membres de ma famille, et cela me suffit… amplement.

  14. vicim /Sophie dit :

    J’aime beaucoup ton billet et je vais peut-être me laisser tenter par cette lecture.

  15. Theoma dit :

    il m’attend sur l’étagère. Un sujet avec beaucoup d’écueils et qui va directement à l’émotionnel. Je viens de terminer Kinderzimmer. Je vais digérer un peu…

Laisser un commentaire