Dis_moi_oui     Aujourd’hui, je vais vous parler de deux pièces. La première s’appelle “Dis-moi oui” et a été écrite par Déborah Helpert qui a eu la gentillesse de m’inviter à une des représentations données au théâtre du Grand Pavois.
    Je dois avouer que je n’ai pas aimé cette pièce malgré certains ingrédients qui auraient pu me séduire.
    L’histoire ? Un homme vient de s’enfuir de son mariage. Sur l’autel, il n’a pu prendre ses responsabilités et a abandonné sa promise au milieu des invités. Un de ses amis lui prête une maison afin qu’il se repose et mette ses idées au clair. Dans la pièce principale, trône un grand tableau représentant une jeune femme.
    Tout à coup, surgit de nulle part une jeune femme nommée Jeanne, une excentrique qui ne semble vouloir qu’une seule chose : se faire épouser avant minuit. Et qui ressemble trait pour trait à la femme du tableau.
    Les comédiens sont très bons mais j’ai trouvé les répliques assez plates. La pièce semble vouloir surfer sur le fantastique mais de nombreuses choses sont incohérentes et j’ai peiné à suivre les divers rebondissements quant à l’identité de la jeune femme.
    Il y a toutefois une scène où elle raconte son histoire dans un miroir qui est très touchante et très réussie.
    J’aurais tendance à dire que l’intrigue aurait dû être légèrement simplifiée et l’enchaînement des actions, ainsi que les répliques, beaucoup plus ciselés.
    C’est une première pièce et je suivrai avec plaisir ce que fera Déborah Helpert qui est quelqu’un de très sympathique et nous a reçues, mes amies et moi, avec beaucoup de gentillesse.

couscous_aux_lardons
    Une autre comédie, cette fois beaucoup plus drôle, celle de Farid Omri, jouée au Capitole pendant le festival d’Avignon.
    Cette pièce traite avec beaucoup d’humour des difficultés que peut rencontrer un couple dont les habitudes culturelles sont diamétralement opposées. Il est musulman, elle est catholique et ils veulent se marier. Si leurs propres différends sont ceux de tous les couples, les réticences de leurs familles seront beaucoup plus fortes.
    Voilà une pièce durant laquelle on rit de bon coeur, presque tout du long pour ma part.  J’aime ce qui traite des différences et des frottements que cela peut engendrer. Et Farid Omri le fait avec brio. De plus, sa partenaire et lui jouent très bien pour le plus grand plaisir des spectateurs qui ne désemplissent pas les salles.
    J’ai été très touchée par la solitude de la jeune femme dont la mère n’accepte ni son mariage ni l’enfant à venir. Et j’ai particulièrement aimé Farid Omri interprétant le personnage de sa propre mère : hilarant !!
    Ceci dit, je pense que Farid Omri a encore beaucoup à dire et qu’il
pourrait sans aucun souci écrire un prolongement à cette pièce.

    A mercredi pour un autre billet sur le festival !