Et voilà, c’est reparti pour un tour ! Malgré le froid pôlaire qui a recouvert la France, sur 1001 pages, il fait toujours chaud, notamment le premier mardi du mois. D’autant que ce mois-ci, habitués de ces pages, ce n’est pas seule que je vais chroniquer ce que j’ai lu… si, si, nous l’avons fait.

 

    Commençons par un livre dont la simple couverture et le titre annonçaient tout un programme… Dans ce livre, on669 trouve donc 669 idées supposées aider les couples à renouveler leur horizon érotique. Tout cela est classé par niveau, plus on avance dans le livre et plus les gages sont censés être trash. Ils sont répertoriés selon un nombre de Q avec une partie à la fin destinée à ceux qui pratiquent le libertinage. Alors bien ou pas ?

    Personnellement, je ne suis pas du tout convaincue par ce livre. Dans l’ensemble, peu de gages m’ont titillé l’imagination. Il faut dire que l’auteur semble être amateur de gages à doux relent de soumission mais aussi avoir un gros fantasme à assouvir : celui de la salle de classe. En effet, une grande proportion des situations proposées doivent avoir lieu dans une salle de classe… moi qui y passe le plus clair de mon temps, j’ai du mal à voir, hein… et puis aménager sa maison en salle de classe, imaginez l’organisation… à un moment d’ailleurs, il est précisé que ça aura lieu dans une salle de classe d’école primaire (je n’ai pas trop saisi l’intérêt de la précision). Dans le top des gages que j’ai trouvé complètement inintéressants, notons celui qui suggère de se draper dans un tchador afin de faire connaître à Monsieur des joirs orientales et celui qui propose de s’enrouler dans des bandelettes comme une momie afin de révéler son penchant nécrophile… ouais, ben, je réfléchis toujours à la pertinence de la proposition.

    Je dois dire que bon nombre de gages relèvent selon moi d’une pratique lambda de la sexualité dans un couple. Faiblesse de l’auteur ou grande monotonie de la vie sexuelle des français… allez savoir.

 

Ce que Kinélandparadise en a pensé : 

    Voilà un bouquin qui laisse présager qu’on va rêver, sortir des jeux sexuels habituels et pimenter un peu. Mais en rentrant dans le livre, on s’aperçoit que les attentes sont déçues : désolation et ringardise sont les mots qui me viennent spontanément. Dès les trois premières pages, on s’aperçoit qu’on fait largement aussi bien soi-même. Il suffit juste d’être un peu créatif et sortir un peu des sentiers battus des mœurs et de la morale. 

    Le choix des gages fait se demander si l’auteur ne souffre pas d’un syndrome phallocrate : les hommes ne sont jamais dans la pire des situations. Ou alors c’est ridicule plus qu’excitant. On note également un goût pour toutes les situations impossibles à réaliser : salle de classe notamment mais également faire le grand écart pour aspirer une feuille ainsi que savoir jouer d’un instrument de musique… Par contre les gages en extérieur sont plus motivants, même si ce qui est proposé est plus souvent drôle. Le gage 5 par exemple est jugé plus drôle qu’excitant. Par contre, ai testé le gage « nue sous sa jupe » et c’est sympa – mais au fond, pas très novateur. 

  • gage 491, page 180, estampillé QQQ : qui te frôle ? Gage lors duquel la femme est ficelée, les yeux bandés et doit trouver avec quoi on la touche…

La femme est encore ficelée… phallocratique mais surtout au top de la ringardise, genre « excite-moi avec une lampe de chevet »

  • page 90, QQ, n° 222 : Madame doit savonner son homme dans la douche…

    Je pense que d’après la psychologie  de l’auteur, l’homme a un relent de fantasme oedipien et de sensation primitive de gaule dans le bain, lui rappelant sa maman le savonnant… ou alors c’est juste navrant de banalité… à moins d’être dans le cas du dernier bain du condamné…

 

En conclusion :

    Nous avons donc testé cela pour vous, lecteurs assidus de ce blog : je confirme, j’ai fait le grand écart et aspiré la feuille tout en jouant du pipeau. Celui de mon cher kiné lui, par contre, n’a pas tressailli un seul instant. Et je vous interdis de penser que je suis une mauvaise gymnaste. Que ne ferions-nous pas, hein, pour vous procurer les résultats les plus exacts et scientifiques possibles, qui d’après nos études prouvent que le grand écart à froid est maîtrisé par au moins 99% de la population féminine… hummmmm… (enfin, moi j’aurais dit ahum…)

    Les gages proposés en lieu échangiste nous ont fait nous demander si on ne se ferait pas virer du lieu pour pratiques aussi affligeantes… testerons-nous pour vous ? Le mystère reste entier…

    Il semblerait qu’à n’importe quelle page et à n’importe quel moment, l’excitation est à son minimum… voilà pourquoi par ta faute Marc Dannam, je n’ai encore pas serré mon kiné…

    Ce dernier semble d’ailleurs rêver être séquestré et abusé par une femme aux mensurations de rêve… comme c’est étonnant, hein… quant à ses autres fantasmes, avec le recul, je ne suis pas certaine de pouvoir les communiquer sur ces pages.

 

 osez-cunnilingus-   Le deuxième livre a bien plus remporté nos suffrages. “Osez le cunnilingus” est selon Kinélandparadise la Rolls-Royce du petit guide en la matière. Nous avons pensé tous les deux que réellement ce petit livre est plein de bon sens et donne des conseils justes et précieux. Comme toujours la partie historique et la partie anatomique sont bien faits, très utiles sans tomber dans l’excès de détails.

    Selon lui, ce livre insiste bien sur la prise de conscience que finalement, une femme, ça doit être émoustillé. Il faut savoir la mettre en condition et donc être très attentif à ses désirs. Un type qui serait juste centré sur son propre plaisir ne sera jamais un « bon coup ». Rien n’est jamais acquis et souvent un homme plus timide et qui s’interroge sur le bien-fondé de ce qu’il fait avec sa partenaire se révèle être un potentiellement meilleur amant. De plus, le livre est très précis sur les différentes sources orgasmiques et donc éclairant pour toute personne ayant au préalable le souci de s’améliorer dans la conquête du désir féminin. Livre qui s’adresse aux gens ayant réellement le désir de faire plaisir aux femmes.

    Je peux vous assurer, lecteurs de ce blog, que vu le nombre de messages reçus par le monsieur sur la soirée, il a dû mettre en pratique bien des conseils donnés dans ce livre…

    Et mon avis ? Comme souvent, j’aime les petits livres de cette collection qui ont le mérite de bien remettre les chose sà leur place, de remettre au centre les goûts et les désirs de chacun. Je suis d’accord avec mon comparse, ce livre est un excellent adjuvant pour qui veut mieux connaître son corps et celui de sa partenaire. Pas de tabous mais pas d’excès non plus. Juste du bon sens, de l’envie et une grande liberté dans les choix.

 

      Petit rappel : le 14 février étant un mardi, des lectures inavouables seront en ligne sur ce blog. N’hésitez pas à me rejoindre si le “coeur” vous en dit.

Mardi-c-est-permis

 

Ce mois-ci, retrouvez aussi le billet de Cécile qui a rencontré Rhage mais aussi d’Hécléa et MllePointillés qui l’ont suivie dans cette galère, Patacaisse a découvert les Passion Intense, Jérôme nous donne d’ailleurs son avis de mâle éclairé sur la question, L’Irrégulière pousse des graou de plaisir en lisant un Aventures et Passions, Une Comète nous rejoint dans l’aventure, Sarah s’estime flouée mais n’a pas dit son dernier mot, Noukette a testé la liseuse pour pouvoir lire coquinement en tout endroit, Lancellau ne ranime son blog que le premier mardi du mois et j’en suis tout émue, Sara a la gentillesse de vous faire économiser votre argent.

 

Edit du 14/02/2012 : Date bien choisie, puisque je ne suis qu’amour et tendresse. Le commentaire de L’Irrégulière, notamment, nous a beaucoup fait discuter Kinéland et moi. Le livre “Osez le cunnilingus” n’est absolument pas réservé aux seuls hommes ou aux femmes aimant les femmes. En effet, c’est un livre qui parle beaucoup de la découverte de son corps et de la communication dans un couple. En effet, il insiste beaucoup sur le fait que la femme connaissant bien mieux son anatomie va pouvoir guider son amant à faire ce qu’elle aime. Et ainsi sortir du discours “ce type est doué comme un manche” vers un discours “ce n’est pas ainsi que j’aime, je vais te guider vers ce qui me donne du plaisir”.

Un livre pour tous, vraiment !