C’est avec un très joli titre que je lance sur mon blog le bal de la rentrée littéraire 2013. Et je peux vous dire que les prochains

le soleil à mes pieds

morceaux de ce bal sont également de belles surprises.

    Ce roman, c’est l’histoire de deux soeurs. Comment s’appellent-elles ? La Grande et la Petite… il faudra que cela vous suffise. Gamines, elles ont grandi avec leur mère. Et puis un jour, un événement survient qui va définitivement transformer leur vie…

    La Grande est pénible et attirée de manière sordide par la mort. La Petite, elle, est obsédée par la propreté et javellise tout ; elle reste enfermée chez elle, effrayée de tout. La Grande, en quelque sorte, prend toute la place. Alors la Petite vit dans son ombre… même si elle n’en peut plus de cette soeur exubérante qui lui raconte tout, et surtout ce qu’elle ne voudrait pas savoir.

    Ce roman comme l’indique la 4e de couverture est “l’histoire d’une résurrection”, celle de la Petite. Page après page, on comprend dans quel drame elles ont grandi et comment cela a pu, à jamais, les faire dévier de ce qu’elles auraient pu être. C’est un texte fort dont la narration distille savamment les émotions note après note. Tout est vu du point de vue de la Petite, on n’en sait ni plus ni moins qu’elle. Et le lecteur va devoir accepter de ne savoir qu’au fur et à mesure qu’elle est capable de percer ses résistances, d’affronter ses démons. C’est un très beau texte dans la mesure où sa simplicité apparente permet de faire alterner des moments de douceur avec des moments d’une grande violence psychologique ainsi qu’avec l’extrême crudité des propos et actions de la Grande.

    En résumé et sans trop en dire, je recommande vivement ce titre. Solenn aussi d’ailleurs. Quant à moi, j’ai désormais très envie de lire ses précédents titres.

Rentrée 2013