En quelques mots – 8

    Un petit billet rapide pour deux BD empruntées en médiathèque. Deux titres que j’avais très envie de lire depuis un moment. C’est chose faite. Et comme j’ai peu de choses à en dire, hop, dans un seul billet.

arabe du futur    L’arabe du futur de Riad Sattouf, je l’ai découverte sur le blog de Jérôme. On y lit l’enfance de Riad dont le père est syrien et la mère bretonne. Joli mioche aux cheveux blonds, il raconte telle qu’il l’a vécue son enfance auprès d’un père brillant qui a voulu aller enseigner en Lybie, en Syrie, etc. C’est donc un panorama (subjectif) du Moyen-Orient entre 1978 et 1984 à travers les yeux d’un enfant qui adore son père. Le billet de Jérôme était élogieux, je vous invite à vous y reporter. Moi je n’ai pas aimé et j’ai terminé surtout parce que j’ai beaucoup de mal à ne pas finir un livre commencé. J’ai détesté le dessin, pas aimé le personnage du père (du tout, du tout) et je me suis sentie mal à l’aise tout au long de cette lecture. Je ne lirai pas la suite de cette trilogie…


Cet-été-là   Cet été-là
de Jillian et Mariko Tamaki, je l’ai vue sur plein de blogs. Alors quand je l’ai croisée en médiathèque, je n’ai eu qu’à tendre le bras. Rose passe toutes ses vacances d’été près d’un lac, dans un coin perdu. Chaque année, elle y retrouve son amie Windy. C’est toujours la joie de se retrouver, de se raconter plein de choses et de tromper le temps qui passe. A part aller chercher des films à la seule boutique du coin, il n’y a pas grand chose à faire. Heureusement, il s’en passe de bonnes dans cette boutique et les deux filles ont l’oreille bien tendue. Si j’ai aimé le graphisme et la couleur, les images qui parfois s’emparent d’une page entière, ces deux ados m’ont gonflée… j’ai trouvé les gars de la boutique hyper malsains et ça m’a gênée. Je crois n’avoir eu d’empathie que pour la mère de Rose… et encore, à la fin…

Rendez-vous loupé alors je vous renvoie vers les billets de Noukette, Leiloona, Marion, Enna

24 réflexions au sujet de “En quelques mots – 8”

    • Je pense que c’est quitte ou double. Je ne remets pas en question les qualités de l’ouvrage. Mais j’ai vraiment eu du mal avec le dessin, notamment 😉 Merci de ton commentaire

      Répondre
  1. Je comprends ta réaction avec « L’arabe du futur », il y a de quoi mettre le lecteur mal à l’aise 😉
    Quant à l’autre, je vais le lire avec Sandrine d’ici peu…

    Répondre
  2. L’arabe du futur ne me tente pas du tout, j’ai beaucoup de mal avec le dessin de l’auteur… par contre je garde un très bon souvenir de l’atmosphère dégagée par la seconde, même si oui, il ne s’y passe pas grand chose…

    Répondre
    • Ouais et j’ai trouvé l’atmosphère ce « Cet été-là » un peu malsaine. Je suis prude, moi, madame.

      Répondre
  3. Cet été là me tente plutôt. Par contre Riad Sattouf, j’ai tellement eu horreur de Pascal Brutal, graphisme, histoire, que je ne suis pas près de retenter…

    Répondre
  4. Mince, j’ai noté les deux et j’ai demandé à l’arabe du futur à PM pour l’opération BD, ton billet me refroidit un peu. On verra si je le reçois. Pour « cet été-là », je l’ai noté aussi mais pas à ma médiathèque donc pas de regret manifestement 😉

    Répondre
  5. J’avais beaucoup aimé Cet été là mais c’est vrai que parfois on n’accroche pas. Quant à l’Arabe du futur, mon chef a proposé de me le prêter (je lui ai prêté « Mon ami Damher ») alors je verrai bien 😉

    Répondre
  6. J’avais noté ces deux titres après avoir lu de bonnes critiques. Il ne me reste plus qu’à les lire pour me faire mon avis ;-).

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :