Femme vacante – Frédérique Martin

Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. Merci Stéphie, ce roman je l’ai beaucoup porté en lectures publiques, mais seule, on ne peut pas grand chose. Je sais intuitivement qu’il a encore une vie en attente, et ce sont les lectrices et les lecteurs comme vous qui m’en donnent la confirmation.

  2. Leiloona dit :

    Très très envie de le lire … Un billet à fleur de peau. <3

  3. noukette dit :

    ♥ Pas mieux… J’avais hâte de lire ton avis, pour toutes ces choses que tu dis et aussi pour toutes celles que tu ne dis pas… C’est un roman précieux que je suis ravie d’avoir partagé avec toi… ♥

  4. saxaoul dit :

    On lit entre les lignes tout ce qui a pu te toucher dans ce roman….

  5. aifelle dit :

    A lire les extraits, l’auteure est aussi douée pour décrire la solitude que les personnes âgées. Je suis très tentée ..

  6. Martine dit :

    Merci Stéphie! Noukette m’a mis les larmes aux yeux mais avec toi je les laisse couler. De la même façon que je les ai laissées couler il y a quelques années quand j’ai découvert ce magnifique roman. Tu comprends maintenant pourquoi je suis Frédérique Martin avec autant d’assiduité?!! Pour moi, elle est un très grand écrivain. Merci encore pour ce coup de projecteur. Pour ma part, je vais essayer encore de trouver le recueil pour lequel elle a obtenu le Prix Prométhée de la nouvelle. Je ne désespère pas. Pas encore…

  7. Tu me donnes très envie de découvrir Frédérique Martin avec ce coup de projecteur !! Je ne l’ai pas encore lue. C’est vrai que les rencontres sont parfois essentielles et déterminantes… Je suis fidèlement quelques auteurs comme ça. 😉

  8. pralineries dit :

    Merci pour ce beau billet qui donne envie de se jeter sur ce roman. Derrière la dureté du thème, on pressent des questions universelles sur la solitude intrinsèque de l’homme…

  9. sous les galets dit :

    Ce billet me fait penser à celui que tu avais écrit sur le Brasseur, parce que l’on sent derrière une résonance intime dont tu parles à demi-mots (et ça j’aime et c’est pour ça que je blogue). En général, je ne suis pas très encline à lire tout ce qui tourne autour du couple, je ne sais pas pourquoi, cela ne me touche pas forcément, mais il y a Adèle (un prénom qui fournit quand même de superbes personnages littéraires soit-dit en passant), et visiblement c’est une romancière qui sait parler des anciens (la Verveine mettait en scène un couple âgé aussi non ?!) donc je la découvrirai avec l’un de ces deux titres, histoire de me faire mon idée sur ta chouchoute 😉

    • Stephie dit :

      Oui la Verveine racontait la correspondance d’un couple âgé qui avait dû être séparés à cause de la maladie et hébergés chacun chez un de leurs enfants.
      Merci de ton commentaire, il est précieux

Laisser un commentaire