Juste une endométriose – Robin & May

endométriose    Juste une endométriose est une BD nécessaire qui permet de s’informer et rire à la fois sur un sujet qui peine encore à être dignement considéré.

    On parle de plus en plus de l’endométriose et pourtant la prise en charge semble encore très aléatoire. J’ai des amies atteintes, j’ai lu des témoignages et c’est toujours la même rengaine. Les femmes ne sont pas prises au sérieux dans leur douleur. « Fais un effort… Ouais, les règles ça fait mal… » En effet, ce moment du mois est le plus souvent très pénible. Cependant, certaines femmes ont beau se tordre de douleur, elles traversent toujours le désert de l’incompréhension médicale.

    Ce que j’ai aimé dans cette BD, c’est qu’elle aborde ce fléau sous l’angle de l’humour. Loin de sombrer dans la blague potache, cette BD vise non seulement à réconforter celles qui traversent cette épreuve, mais aussi à pointer d’une manière très fine les clichés autour de cette maladie. Cette BD, si elle ne règle évidemment pas le problème, essaie de dédramatiser certaines situations gênantes.

    Encore une fois, je suis intimement persuadée que cette maladie est encore trop mal prise en charge parce qu’elle concerne les femmes. Tous les clichés sur les femmes fragiles, le tabou quant aux règles et au sexe féminin n’aident pas à ce que celles qui souffrent soient efficacement détectées et soignées.

    A faire lire à celles qui souffrent, mais aussi à tous… un peu de compréhension et d’empathie n’ont jamais fait de mal à personne.

 

 

38 réflexions au sujet de “Juste une endométriose – Robin & May”

  1. Ça m’intéresse car j’ai une amie qui en « souffre ». Je mets des guillemets car en en fait elle n’avait aucun symptôme, c’est en cherchant pourquoi elle n’arrivait pas à avoir un enfant que ça a été découvert. Y a vraiment des maladies de merde.

    Répondre
  2. Oh oui, c’est une bonne idée un album sur ce thème dont on parle de plus en plus mais comme tu dis, malheureusement pas assez pris en charge.

    Répondre
  3. Mes deux sœurs en sont atteintes, des années de souffrance pour elles, dénigrées ou ignorées ou des soins non adaptés…
    Avec ce que cette maladie engendre…

    Un peu d’empathie serait en effet un minimum pour commencer

    Répondre
  4. J’entends de plus en plus de femmes de mon entourage qui sont atteintes de cette maladie et comme tu dis, leurs souffrances ne sont pas considérées. le chemin est long, alors si une bd peut faire changer les lignes…

    Répondre
  5. J’ai failli l’acheter hier, mais je l’ai reposé pour être raisonnable (venue pour acheter une BD sur George Sand, je suis partie avec deux BD sur George Sand…). C’est un sujet qui ne me touche pas personnellement, mais je connais des femmes qui se marraient (gentiment) quand je leur disais que j’avais mal au ventre à cause de mes règles alors qu’elles faisaient des malaises. Comme toi, je suis persuadée que la douleur féminine est minimisée. Malgré des médecins très à l’écoute, il n’y avait rien pour me soulager quand j’étais horriblement malade pendant ma grossesse. Les protocoles sont pathétiques.

    Répondre
    • L’accompagnement de la douleur n’est malheureusement pas le fort de la médecine allopathe. Alors quand il s’agit de celle des femmes…

      Répondre
  6. Oui, c’est bien que l’on parle de cette maladie, et des règles en général. On ne parle pas non plus des fibromes qui touchent énormément de femmes plus âgées avec hémorragies, etc… et qui rendent le quotidien très difficile aussi. Oui, parlons plus de nos utérus !

    Répondre
    • Tu as raison. Je sais à peine ce qu’est un fibrome. Et parlons de nos utérus, de nos trompes, de nos vagins, de nos vulves, de nos clitoris ! Parlons de tout !

      Répondre
  7. elle est dans ma liste d’envie ! Même si de ce côté là j’ai plutôt de la chance, on n’en parle pas assez et on ne considère pas assez que ça soit une maladie !

    Répondre
  8. C’est quand même une sacrée saloperie, cette maladie. J’ai une amie qui en souffre depuis trop longtemps et qui a abandonné l’idée d’être mère. Je lirai cette BD, c’est sûr.

    Répondre
    • Oui, une saloperie qui touche beaucoup plus de femmes que l’on croit, notamment car on dit à plein d’entre elles que c’est normal de souffrir, et qu’elles ne sont pas diagnostiquées…

      Répondre
  9. C’est sûr que l’empathie… si on pouvait apprendre ça à l’école en complément du français et des maths, quel bonheur ! (Blague à part, il parait que ça se fait dans les pays nordiques ! Apprendre aux petits à se mettre à la place des autres pour essayer de mieux les comprendre !)
    Bref. Une bd que je lirai un jour ou l’autre, même si je ne suis plus franchement concernée par la question. Par contre si tu connais une bd qui parle des bouffées de chaleur… 😉

    Répondre
    • L’empathie ça doit s’apprendre partout, ça ne peut pas être un programme scolaire 😉 Et une BD sur la ménopause, j’imagine que ça doit exister. Si je trouve, je te fais signe 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

%d