Mémoire de mes putains tristes – Gabriel Garcia Marquez

Vous aimerez aussi...

32 réponses

  1. laurielit dit :

    oh…moi non plus je peux pas et oui ça me dégoûte…je ne lirai pas ce titre.

    Pour ma part j’ai été vraiment charmée par un autre court récit de cet auteur « Pas de lettre pour le colonel » qui a d’ailleurs été lu dans des lieux publics en Colombie à la suite de son décès pour lui rendre hommage. Je t’engage à découvrir ce roman, j’ai beaucoup aimé.
    http://laurielit.canalblog.com/archives/2014/06/05/29995711.html

    super idée de rdv!

  2. irreguliere dit :

    J’avoue que le sujet me rebute un peu !
    Mon moi je n’ai pas lu celui que je voulais faute de temps, mais un autre, Chronique d’une mort annoncée : http://leschroniquesculturelles.com/2014/06/05/chronique-dune-mort-annoncee-de-gabriel-garcia-marquez/
    bises

  3. pralineries dit :

    C’est amusant, nous avons lu le même titre. Par contre, je n’ai pas du tout la même réaction que toi. Je trouve que cet ouvrage est plus un hommage à Kawabata qu’un appel à la pédophilie 🙂
    http://pralinerie.blogspot.fr/2014/06/memoire-de-mes-putains-tristes.html

  4. Lybertaire dit :

    Je ne savais pas qu’il y avait un challenge Garcia Marquez !! C’est bête, j’ai terminé Cent ans de solitude ce week-end et ma critique est prête ! En tout cas je retrouve un des thèmes dans ta chronique (une très, trop? jeune fille…).

  5. noukette dit :

    Peut-être pas avec ce titre que je partirais à la rencontre de cet auteur finalement…

  6. Jérôme dit :

    Bon ben ce ne sera pas avec ce titre-là que je vais découvrir ce grand monsieur.

  7. Grigrigredin dit :

    Comme quoi la lecture est vraiment subjective… J’avais beaucoup aimé « Mémoires de mes putains tristes ». Je crois que j’ai une propension à tolérer en littérature ce que je ne peux supporter dans la vie… Et il faut dire que quand il s’agit de cet auteur, je suis facilement disposée à être enchantée ! Pour ma part j’ai lu un recueil de nouvelles de Marquez. Voici mon billet-hommage : http://grigrigredin.wordpress.com/2014/06/05/los-funerales-de-la-mama-grande-les-funerailles-de-la-grande-meme/
    Bonne soirée et bonne lecture!

  8. Karine:) dit :

    Oh boy… je ne pense pas que ce titre soit pour moi non plus. Je vais commencer par le choléra ou l’autre, là… la solitude! (je déconne. je connais les titres :)) )

  9. aifelle dit :

    Je comprends tes réticences, je ne le lirai pas. J’ai lu il y a longtemps « 100 ans de solitude » et « chronique d’une mort annoncée ». Je ne me vois pas les relire, je suis plus tentée par d’autres écrivains.

  10. chaplum2 dit :

    Je pense que c’est peut-être un titre assez rebutant en effet. Je ne l’ai pas lu mais j’avoue ne pas être tentée (pourtant j’ai adoré Lolita, comme quoi …) Mais je te conseille L’amour aux temps du choléra que j’ai trouvé magnifique. J’ai aussi lu Cent ans de solitude, mais il est plus spécial !

  11. yueyin dit :

    C’est vrai que la mise en place fait un peu peur, j’avais prévu de lire le choléra (comme dirait Karine) pour la fin du mois, enfin sauf si le vent tourne bien sûr… mais un jour c’est certain 🙂

  12. alexmotamots dit :

    Qu’est-ce que j’avais aimé « 100 ans de solitude » !

  13. lasardine dit :

    j’ai manqué de temps pour vous rejoindre, mais je découvrirai l’auteur, c’est certain, plus tard!

  14. Tiphanie dit :

    C’est le seul livre de l’auteur que j’ai lu et j’en suis restée là, pour la même raison qui t’a fait « tiquer », je n’ai à ce jour toujours pas compris comment on pouvait accepter ces propos…

  15. Nathalie dit :

    J’ai lu récemment « L’amour aux temps du choléra » et il y a aussi un passage où le narrateur a une maîtresse très jeune (à peu près 14 ans aussi, si je me souviens bien, et il y en a plus de 60). Ca m’a complètement dégoûtée. Pourtant la jeune fille est consentante, et même demandeuse d’après le narrateur, mais… c’est encore pire en fait. Je ne sais pas si nous sommes pas un peu trop braqués sur notre culture, si les filles à cette époque et dans ces pays (l’histoire se passe dans les caraïbes il y a quelques dizaines d’années) n’étaient pas des femmes beaucoup plus tôt que chez nous et maintenant, mais il reste cet aspect de dominance qui est très clair dans la situation que tu décris et plus subtil mais tout aussi présent dans le roman que j’ai lu. Et ça, ça ne passe pas pour moi.

Laisser un commentaire