Papier du sang – Frédérique Martin

Voilà, c’est le dernier jour de ma semaine coup de projecteur sur Frédérique Martin. J’ai adoré lire ses mots, rentrer d’une façon très intime dans son univers. La bonne nouvelle est qu’il me reste encore pas mal de découvertes à faire, de nombreux petits textes publiés ça et là que j’ai fort envie de découvrir aussi.

papier du sang    Aujourd’hui, je vais vous dire quelques mots de Papier du sang, oeuvre très différente des autres. Un recueil de fragments : poèmes mais aussi textes à mi-chemin entre poème en prose et nouvelle en prose poétique. Une « noirration » comme elle le dit elle-même. Un parcours donc différent, une lecture qui se picore, page après page.

    Difficile de vous en parler, vous imaginez bien. Néanmoins, une envie folle que vous fassiez, vous aussi, le pari d’aller découvrir ce qui se cache derrière ces pages. Un style toujours vif, un imaginaire toujours empreint de la violence du quotidien dans lequel elle insère néanmoins des touches de lumière, des notes d’espoir. Un tableau sans fard du monde qui nous entoure. Des vers très visuels, très forts. Des fragments qui vous secouent et ne vous laisseront pas en paix.

    Petite « préférence » pour deux fragments qui m’ont encore plus remuée que le reste : « Le tronc des arbres » parce que…. et « La lettre Afghane » car toute ma condition de femme en a pris plein la tête et que la manière de narrer est vraiment très bien trouvée.

    J’espère que cette semaine vous aura donné envie de la lire et que vous passerez m’en reparler.

frédérique martin

Le mois prochain, coup de projecteur sur une maison d’édition : Les éditions du Jasmin.

Jasmin

 

13 réflexions au sujet de “Papier du sang – Frédérique Martin”

  1. Je vais chercher ce recueil aussi car forcément…
    Et je te suis pour les éditions du Jasmin! J’ai bien noté la date! Merci pour tout, Stéphie! Et bonne fin de dimanche!

    Répondre
    • Merci à toi aussi, Martine. Veux tu que je te prête celui-ci et le jeunesse ? Il me suffit de te les glisser dans l’enveloppe de « Femme vacante ».

      Répondre
      • Ah oui! Je veux bien! 🙂 Merci! Ils n’avaient pas le jeunesse à ma médiathèque samedi. A moins que je puisse aussi le commander auprès de Frédérique Martin. Là j’ai commandé samedi après-midi « L’écharde du silence ». Merci encore pour ce beau coup de projecteur! Je suis heureuse que d’autres lisent aussi cette auteur que j’apprécie beaucoup! Merci Stéphie!

        Répondre
  2. Promis, je vais la découvrir , mais en format long, je n’adhère pas aux fragments, textes courts et nouvelles…

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :