La peur de Zweig – Théâtre Michel

peur    Une pièce magistralement représentée que La Peur de Stefan Zweig et qui se joue en ce moment au Théâtre Michel à Paris.

    Je n’avais pas lu ce texte avant d’en voir l’adaptation. Je me suis donc laissée embarquer par la mise en scène et me suis retrouvée aussi déstabilisée que la belle Irène. Et j’ai trouvé cette situation savoureuse. Parfaite pour ressentir de la peur, justement.

Irène est mariée à un homme charmant mais fort accaparé par son métier d’avocat. Si elle l’aime, elle s’ennuie et finit par aller se consoler dans les bras d’un amant. Mais un jour, au pied de l’immeuble de ce dernier, une femme attend Irène. Elle-même fréquente le beau et jeune musicien. Prétendant être jalouse, elle menace Irène de tout raconter à son mari. Intimidation, chantage, tout prend des proportions telles que nous sombrons avec la jeune femme dans la peur… voire dans la folie.

Le spectateur est happé par un enchaînement d’actions dont il se demande comment tout cela va bien finir. Jusqu’au renversement final… et là, stupeur… on découvre que personne n’est tout à fait innocent dans cette histoire… Et comment pardonner à ceux qui nous ont menti ? Vaste sujet de débat !peur

La mise en scène est vraiment parfaite car elle juxtapose certaines temporalités qui nous font vraiment hésiter sur la santé mentale d’Irène, comme elle-même finit également par douter. Le décor bouge sans cesse, faisant varier ce qui est devant ou derrière, dans l’ombre ou la lumière. Le jeu des acteurs est vraiment parfait ; Ophélie Marsaud est celle qui m’a le plus épatée, elle est tout bonnement flippante.

Cette pièce se prolonge au moins jusqu’à fin mars 2017 au très beau Théâtre Michel, 38 rue des Mathurins à Paris. Ne le ratez sous aucun prétexte. Mon amie Leiloona en a également parlé, si vous hésitiez encore.

10 réflexions au sujet de “La peur de Zweig – Théâtre Michel”

  1. Moi non plus, je n’avais pas lu le texte. Stefan Zweig a été ma référence…Et quelle référence ! La pièce est magistralement interprétée, j’ai été emportée malgré un tout début déconcertant. L’histoire est saisissante, oppressante.. Une très grande réussite, c’est certain !

    Répondre
    • Oui au départ, on se demande un peu. Et puis ensuite, on est emporté. Quelle réflexion sur les rapports homme-femme !

      Répondre
    • Ah ça… et des questions, tant qu’on s’en pose, c’est que tout va bien. D’ailleurs, on s’en posera longtemps sur ce sujet qui divise les foules 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :