Quelqu’un à qui parler – Cyril Massarotto

    Parfois, on a envie d’une lecture toute simple, juste pour passer un bon moment. Quelqu’un à qui parler remplit ce rôle à la perfection.

    Samuel vient d’avoir 35 ans et il se sent terriblement seul. Le soir de son anniversaire, il s’aperçoit d’ailleurs qu’il aurait aimé avoir quelqu’un à qui parler. Mu par une idée un peu folle, il compose son ancien numéro de téléphone. Pour voir, s’il est encore attribué. C’est alors qu’il va tomber sur un jeune garçon qui n’est autre que lui-même, enfant.

    Un rituel va alors s’installer : Samuel va appeler chaque jour (ou presque) son « moi » enfant et revivre avec lui, certains épisodes douloureux du passé. Il se demande s’il doit conseiller l’enfant, l’informer… a-t-on le droit de risquer changer le passé ? Au fil des échanges, Samuel va se libérer et commencer à vivre sa propre existence. Rien de tel, en effet, que de se libérer du poids du passé.

J’ai dévoré ce livre en deux jours, en route pour un salon du Livre. Evidemment, on peut anticiper quelques rebondissements et l’histoire est un peu sirupeuse. Néanmoins, la plume est fluide, on se régale de plusieurs formules bien trouvées et d’une réflexion fort jolie sur la vie. J’ai passé un excellent moment de lecture et ce roman trouvera une fort jolie place dans vos valises d’été.

10 réflexions au sujet de “Quelqu’un à qui parler – Cyril Massarotto”

  1. Tu peux voir aussi
    L’APPEL DE PORTOBELLO ROAD

    Jérôme ATTAL

    En pleine nuit, Ethan reçoit un appel téléphonique étrange. Au bout du fil, il reconnaît la voix de ses parents disparus depuis deux ans. Après avoir pris de ses nouvelles, sa mère raccroche sur ces mots : « Dis à ta soeur qu’on pense à elle tous les jours. » Le problème, c’est qu’Ethan est fils unique. C’est le début d’une folle aventure…
    Un secret de famille tombé du ciel. Un compositeur de chansons. Des nuits parisiennes et le vacarme de la solitude. Une décision à prendre. Une fille au bout de la route. Deux pom-pom girls originaires de Tchéquie. Une fête monstre sur la route de Mons. Une tarte au riz partagée avec le fantôme d’une star du rock. De la porcelaine anglaise. Comme est la vie. Fragile et robuste à la fois. Et une ode à l’amour au tournant de chaque page.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :