Sauf les fleurs de Nicolas Clément

Sauf-les-fleurs    Noukette a eu un coup de coeur et voulu que je m’associe à la lecture commune qu’elle avait déjà proposée à Jérôme et Maryline. Ni une, ni deux, elle me prête son roman. 79 pages ? Je vais les lire d’une traite, me dis-je… sauf que non…

Le roman concentre en quelques pages bien plus d’émotions et de rebondissements que certains pavés de 600. Marthe et Léonce vivent à la ferme au milieu de leurs parents. Mais le père est d’une violence inouïe vis à vis de son épouse. Et les enfants grandissent dans cette violence et cette peur permanentes.

Pour lire ce récit, il faut être capable d’accepter de lâcher prise et de se laisser emporter par les mots. Ce roman est très particulier dans le style que l’auteur y déploie. On serait presque tenté de parler d’un long poème mais le fond est réellement narratif. Néanmoins, les figures de style se déploient à une vitesse folle, phrase après phrase. J’ai même parfois peiné à reconstituer l’image que l’auteur devait vouloir créer. Alors j’ai décidé de me laisser emporter par la beauté des phrases, souvent totalement déconnectées, probablement pour réussir à raconter l’indicible, sans doute seule alternative de Marthe, les mots, les images, pour pouvoir survivre à cet enfer quotidien. Mais cela n’écarte pas le drame, inévitable.

Au final, je n’ai pas aimé ce roman. Enfin pas vraiment, pas tout à fait. J’en sors dérangée… Très… Et agacée… Noukette, tu m’as dit qu’en plus, il y avait un revirement. C’est vrai ! Mais ce dernier retournement, je n’y crois pas un instant.

ATTENTION SPOILER !!!! Un fusil chargé lors d’une reconstitution… Ben je n’y adhère pas un instant et ça m’a définitivement écartée des qualités réelles de ce roman.

Rentrée 2013

41 réflexions au sujet de “Sauf les fleurs de Nicolas Clément”

  1. Je suis certaine que ce billet négatif fera beaucoup de bien à ce roman. Quand on ne lit que des éloges, sur très peu de temps, d’un titre, ça a quelque chose qui m’effraye tjs un peu. Voilà qui permettra d’aborder cette lecture sans trop de pression 🙂
    Des bisous Dame Stephie ^^ (j’aime décidément vraiment beaucoup le design de ton nouveau bébé!)

  2. Je vais copier sur Jérôme… mais tu sais déjà tout ça vu qu’on en a déjà parlé… C’est moi aussi typiquement le genre d’écriture que j’aime. Je n’ai pas besoin de me forcer pour entrer dans un tel univers… Concernant tes bémols sur la fin, j’avoue ne pas avoir lu la même chose. Je suis persuadée en tous cas que ton avis ne fera qu’aviver l’intérêt porté à ce roman, et ça… j’en suis ravie ! 😉

    • Ah mais l’écriture, oui, pourquoi pas… mais l’histoire. Et après lecture du billet de Maryline, je m’aperçois qu’elle a mis des mots sur certaines choses que je n’avais pas aimées non plus. En tout ca,s je suis contente d’avoir tenté

  3. Je n’ai pas été gênée pour ma part avec les figures de style ; je lâche très facilement prise après ça passe ou ça casse et là ça m’a emporté ! Cette fin trop peu réaliste à ton goût a été secondaire chez moi. Personnellement qu’elle soit rêvée, fantasmée ou réelle c’est l’impact sur le personnage que j’ai trouvé être d’une force …
    C’est intéressant ces différences de points de vue !

  4. Je trouve que ton avis reste quand meme positif sans l’ensemble. C’est vrai que l’écriture est déstabilisante (jai relu plusieurs fois certaines phrases) mais j’ai trouvé que le texte était très beau. Après c’est comme pour tout, les goûts et les couleurs…ça se discute justement et c’est agréable de voir des avis différents.

    • C’est important d’avoir des avis différents. C’est plus enrichissant que des tonnes de commentaires enthousiastes pour un même livre. Nous avons tous des goûts et des attentes différents en littérature comme ailleurs 😉 En tout cas, je suis ravie d’avoir tenté l’expérience

  5. J’ai adoré … tout. Enfin, surtout le style. Ce retournement de situation (qui n’en est pas un chez moi car tout est annoncé à la manière d’une tragédie grecque) non plus. Lors de reconstitution il y a déjà eu des drames par inadvertance … la police ne peut pas tout gérer non plus. C’est du moins ma façon de voir les choses.
    J’ai tellement tellement aimé cette prose poétique …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :