Une photo, quelques mots (83)

vue plongeante

 

    Eh ben, quel palace ! Quelle vue ! Mais quel mal de crâne aussi… T’as encore trop bu, Juju… C’est pas bien malin : pas moyen de me souvenir si on était encore assez frais pour crapahuter sous la couette.

    En tout cas, je ne sais plus s’il avait autant bu que moi, mais il écrase ce matin. Il doit être bien claqué pour ronfler ainsi. Pour être honnête, ça rompt un peu le charme.

    Il ne s’emmerde pas le bonhomme ! M’est avis, Juju, que cette fois, c’est pas le premier péquenot venu : l’hôtel grand luxe avec vue imprenable, le pyjama en flanelle et les draps en soie. Tiens d’ailleurs, le pyjama… c’est louche. On a pas couché ensemble ? Il aime pas dormir nu ? En tout cas, il était suffisamment lucide pour se rhabiller.

    Bon, et si je filais voir la gueule que j’ai.

    Ah ouais… Heureusement, il ne s’est pas réveillé le premier. Quelle sale bobine je me traîne après une cuite. Juju, t’as encore trop bu. Allez, un petit coup de frais et on va aller se glisser contre lui.

     Allez, Juju, ose… tire le drap. Pourvu qu’il ne se réveille pas. Allez encore un peu, juste le temps de voir son visage. Oh ! P***** qu’il est moche ! Pourvu qu’on ait pas baisé ! Non mais Juju, ça t’apprendra à boire et à draguer n’importe qui ! Ah merde, il se réveille !

    – Salut ! Bien dormi ?

    – Ah ah, sans doute pas aussi bien que toi. Quelle idée de boire autant ! Tu t’es écroulé dès notre arrivée dans la chambre. Et tu ne m’as même pas dit ton nom, ajouta l’homme.

   – Julien. Mais tu peux m’appeler Juju.

© Ada

une-photo-quelques-mots

 

56 réflexions au sujet de “Une photo, quelques mots (83)”

      • Ah, mais moi, j’ai cru que c’était une Miss Julie surnommée Juju (OK, pas très glamour, je le reconnais, mais j’ai une petite nièce qu’on surnomme ainsi) !
        Très drôle en tout cas (même en ayant cru que Juju était une fille) !

        Répondre
  1. j’aime beaucoup 🙂

    même s’il représente la situation cauchemardesque pour moi : pas de souvenirs, qu’ai-je fait ou pas fait ? arghhhhh mais ça va, Juu il le prend plutôt bien ^^

    Répondre
  2. C’est rigolo, j’étais parti sur un homme qui regarde une femme, puis j’ai vu que le personnage regardait un homme et je me suis demandé pourquoi j’avais considéré Juju comme un homme jusqu’à la fin 😀
    Comme quoi, le cerveau comble les blancs comme il en a envie 😉

    Répondre
  3. La vraie force de ce texte,en dehors du fait qu’il est drôle,c’est que personne ne s’attend à découvrir un Julien sous les draps!!!!

    Répondre
    • Ah merci de le pointer 🙂 Je pensais que ça n’avait titillé personne !! 🙂
      Même si Julien, c’est celui qui, justement, est déjà sorti des draps.

      Répondre
      • Désolée,trop de Julie et Juliette dans mon entourage….Et pourtant le dialogue de fin est sans ambiguïté sur l’identité de Juju par rapport à l’homme sous les draps!….Donc tu peux supprimer mon commentaire il est nul!…Il y avait bien d’autres choses à dire.

        Répondre
  4. J’adore l’écriture mais je ne suis pas sûre d’avoir bien compris : c’est l’histoire de Julien et Julien ou de Julie et Julien? Ou peut-être que c’est comme on veut après tout!

    Répondre
    • C’est l’histoire de Julien, qui se surnomme lui-même Juju quand il s’engueule. Et d’un type avec lequel il est rentré dans une chambre d’hôtel 🙂

      Répondre
  5. « Oh ! P***** qu’il est moche ! Pourvu qu’on ait pas baisé ! » Ah oui ? L’équation beau=bon coup, y’en a encore qui crois à ça ? 😉 Vu que je me suis douté très vite du « sexe » du narrateur, pas surpris par la « chute », mais ‘est bien amené. Ca confirme juste que boire ou conduire, il faut choisir 😉

    Répondre
    • Je n’ai jamais parlé d’équation beau = bon coup 🙂
      Et t’as pas le droit de démasquer mes chutes avant la fin. Je boude 🙂

      Répondre
      • Si tu dis qu’il est moche pourvu que je n’ai pas baisé, ça sous-entend qu’on ne pourrait pas être moche et un bon coup 😉

        J’ai juste vu ta chûte parce que pour moi dès le début juju est un hmme et en voyant un mec sur la photo dans le lit… 😉

        Répondre
        • Juste parce qu’il ne s’imagine pas avoir couché avec quelqu’un qui lui plait pas 😉
          Oui mais Juju c’est pas le mec dans le lit. C’est l’autre justement.
          Pfffff j’ai vraiment loosé 🙁

          Répondre
  6. J’ai bien aimé le final, très sympa ! Comme quelqu’un le disait plus haut dans les commentaires, hétéros ou homos, les problématiques sont les mêmes. Merci pour le sourire !

    Répondre
  7. Eh eh, merci pour l’éclat de rire du soir…
    Juju, pour moi, c’est ma cousine Juliette… qui a un peu la même gouaille que ton Julien.
    Alors forcément, je suis tombée dans le panneau! Et j’ai adoré la chute.
    Même que j’ai tout compris! 🙂

    Répondre
  8. Ah ah c’est marrant de lire le texte et les commentaires, voir comment les gens le perçoivent et le commentent.

    Pour moi, Juju a toujours été un homme, je l’ai lu ainsi (le fait d’avoir vécu avec un Julien pendant 8 ans … ça marque), donc à mes yeux ça a toujours été deux hommes et la chute n’en est pas une … Cela dit, à mes yeux l’essentiel ne réside pas là, mais dans le fait que ce Juju dise « Julien » et le répète. Il entame une conversation avec cet homme qu’il ne trouvait pas à son goût l’instant d’avant, et j’y lis les prémices d’une relation basée sur l’honnêteté (indécrottable romantique je suis). Finalement la véritable chute est que cet homme qui écluse les bars et multiplie les aventures d’un soir se trouve confronté à quelque chose qui le sorte de sa zone de confort, qu’il sorte de cette voie fondée sur les apparences.
    Là est la véritable chute. Parce que si aujourd’hui la chute réside dans le fait que ce soit deux hommes qui font l’amour, je trouve ça triste … Pour moi, cela n’a rien de surprenant (là est sans doute la vraie tolérance), mais peut-être est-ce le fait de sortir souvent dans un quartier homo, quartier dans lequel il n’est pas surprenant de voir des hommes s’embrasser et s’enlacer. Je souhaite à ce Juju de trouver sa véritable voie … fondée non pas sur les apparences mais sur une belle sincérité.

    Répondre
    • J’adore ton commentaire pour plusieurs raisons.
      1) parce que c’est toi qui l’as écrit et forcément ça compte
      2) parce qu’il est long et me motive à l’échange
      3) parce que je suis d’accord, ça ne devrait pas être une chute. Et pourtant, tu vois bien… ce qui est drôle c’est qu’au départ de l’écriture, Juju c’était Julie. Je disais d’ailleurs « ma Juju ». Et puis en écrivant la fin, un flash, tu sais. Ce truc qui me dit « mais non, c’est pas Julie, voyons, c’est Julien ». Je ne sais pas, le personnage était là. Alors j’ai voulu gommer les marques de féminin et ce n’est pas heureux partout. Mais pour un texte écrit en 15 minutes, je trouve ça pas mal.
      4) Tu viens sans doute de m’ouvrir une idée, un petit quelque chose qui pourrait grandir un peu. Dans un carnet d’abord… et qui sait…

      Merci en tout cas. Pour ça et pour le reste.

      Répondre
  9. J’ai bien ri Stephie, merci 🙂
    Effectivement, au style, à la façon dont il se parle ce personnage, on se doute de quelque chose, c’est bien écrit, sauf quand il va se refaire une fraîcheur dans la SDB – mais c’est parce que je suis pétrie de préjugés 🙂 ben ouais pourquoi est-ce que les hommes ne se referaient pas une beauté au saut du lit avant de retourner… au lit ?

    Répondre
    • rhoo comme il est mal écrit mon commentaire en revanche… la loose ! Je voulais dire que ton écriture réussit à nous faire douter de l’identité du personnage.
      Et « juju » bien sûr, j’ ai bien vu, espèce de coquine,que tu me taquinais. J’ai toujours rêvé d’être un homme 😀

      Répondre
  10. bon, bonne nouvelle, j’ai tout compris (pas conne la dame)…et moi j’adore le talent que tu as dans tes chutes. La chute c’est l’art de surprendre. Tu ne surprends pas parce qu’il y a deux hommes dans un lit, mais bien parce que l’esprit de chacun, selon son vécu, ses amis et leurs surnoms a mis un sexe derrière un « juju » ambigu. Donc pour boucler tu as l’art de débusquer les esprits de leur zone de confort. Et je trouve chouette via les commentaires de voir justement que pour certains, Juju était dés le début un homme. C’est beau la lecture, l’écriture, car chacun se raconte sa propre histoire.
    J’aime bien aussi ton style, très familier.
    bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :