Aimée de Jongh -Jours de sable

aimée   Jours de sable d’Aimée de Jongh est un pavé qui ne peut pas laisser indifférent : la tempête de sable à l’intérieur se propulse à l’extérieur.

    Repérée sur les blogs du rdv du mercredi, j’avais passé la commande à ma médiathèque. Il a fallu un petit moment avant de pouvoir me mettre ce bijou d’Aimée de Jongh sous la dent.

Années 30, à New York. John est un jeune photographe qui essaie de vivre de ses clichés en pleine crise économique. On lui propose de faire un reportage très particulier. Intrigué, il part photographier l’Oklaoma et sa désertification. Le but est de montrer la vie des gens, et plus particulièrement des agriculteurs dans ce qui a été nommé le Dust Bowl (bassin de poussière). En effet, l’eau semble avoir complètement oublié ce coin du monde et le sable est partout. Rendant la vie quasiment impossible.

    Armé de son appareil photo, il part en voiture, loin de la vie telle qu’il l’a toujours connue. Avec lui, le lecteur découvre un monde aride, sans concession. Un endroit sec dans lequel les gens étouffent au sens propre comme au figuré, car la poussière s’insinue partout. Tout d’abord obnubilé par le contrat qu’il doit remplir, John ne voit pas les gens. Pire : il les heurte avec sa volonté de vouloir scénariser ses photos. Et puis, il y a cette rencontre qui va tout changer…

Dire que c’est un coup de coeur…

    … est un euphémisme. C’est un pavé que je n’ai pas lu lâcher. Pourtant, il était tard et le virus du moment m’avait bien affaiblie. Cependant, impossible de poser ce chef d’oeuvre avant d’en avoir découvert la dernière page. C’est une réussite en tous points. J’ai été soufflée par la force du scénario, embarquée avec John au milieu de ces gens et de leur terrible quotidien. Cela dit, le côté graphique emporte tout, comme une tempête. C’est une merveille visuelle. Le dessin et les couleurs font exploser les pupilles. Ils s’étalent, s’installent, débordent des cases, au gré du besoin de l’autrice. Comme le sable, le dessin va partout où il le souhaite, nous attrape et nous engloutit. L’insertion de quelques photos rajoute au réalisme et à l’empathie que l’on ressent déjà pour ces êtres de papier.

    En bref, je vais avoir du mal à la rendre à la médiathèque…

Une autre BD dessinée par Aimée, et d’autres billets sur cette BD : Bidib, Alice, Nath et Blandine.

Tous les liens chez Noukette

 

12 réflexions au sujet de “Aimée de Jongh -Jours de sable”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :