wicked     Mais non, la blogueuse qui tient ces pages n’est ni morte ni envolée. Si le goût de lire ne m’a pas quittée, celui de bloguer ne s’est pas fait sentir cette semaine. Il paraît que cela arrive alors j’ai écouté mes envies. Me voilà de retour avec un petit topo sur un super roman que j’ai eu la chance de lire grâce à un partenariat avec livraddictet les Editions Bragelonne que je remercie pour l’envoi.

 

    Le pitch de ce livre m’a tout de suite fait envie car petite j’adorais le dessin animé “Le magicien d’Oz”. Oui, je sais, je suis une mécréante qui n’a même pas lu le roman. Et alors ?

    Donc ce roman entreprend de nous raconter la “véritable” histoire de celle surnommée “la sorcière de l’Ouest”. Il repart du jour où Melena, marié au prêcheur Frex, lui donne le jour. Quelle étrange créture qu’Elphaba : sa peau est verte et ses dents monstrueusement acérées. Avec qui Melena l’insatiable a-t-elle bien pu fauter pour engendrer un être aussi éloigné physiquement de son mari et elle. Nounou, qui va s’occuper de l’enfant, et connaît Melena depuis toujours ne tarit pas de suppositions et d’ironie à l’égard de la jeune femme. Le lecteur va donc suivre la vie d’Elphie bien avant que sa route ne croise celle de la petite Dorothy. Je ne veux vous en dire trop car j’ai aimé découvrir chaque pan de son histoire et voir s’éclairer d’un jour différent l’histoire que j’avais aimé suivre lorsque j’étais enfant.

 

    J’ai dévoré ce gros roman avec beaucoup de plaisir. La seule petite chose qui a entravé ma lecture c’est le format en fait, mais cette remarque est toute personnelle en fait. Si l’objet livre est tout bonnement superbe, je dois avouer que je n’aime pas les livres à la couverture cartonnée ; et son poids m’a empêché de le traîner partout avec moi – car j’aime lire partout et n’importe quand – donc je ne l’ai lu au final que dans mon lit.

    Passons maintenant au fond de ce livre car c’est tout de même ce qu’il y a de plus intéressant, n’est-ce pas. Alors là je dois le dire, ce roman se dévore. Dès les premières pages, on est embarqué dans la vie de cette étrange et inquiétante créature qu’est Elphaba. On ressent tout à tour le dégoût de sa mère, épouvantée d’avoir mis au monde cette enfant verdâtre et dentue, puis l’attachement de Nounou qui voit surtout en elle l’enfant qu’elle est, mais très vite on partage les sentiments ambigus que la petite nourrit à l’égard du monde qui l’entoure.

     J’ai adoré découvrir l’histoire et les légendes qui entourent le pays d’Oz, en découvrir avec précision toutes les particularités, tous les peuples. Et puis j’ai aimé les personnages, celui d’Elphaba bien sûr qui m’a beaucoup remuée car elle est pleine de contradictions, d’un désir d’aimer qu’elle veut à tout prix refouler, d’une crainte de devenir la méchante que tout semble vouloir lui faire incarner. Mais ce n’est pas le seul personnage haut en couleurs. J’ai adoré Nounou par exemple, notamment pour ses réflexions pleines de bon sens et d’ironie à la fois : je pense que c’est mon personnage préféré. D’autres personnages m’ont aussi beaucoup intéressée : sa soeur Nessarosa, sa camarade d’école Glinda mais aussi celui grâce à qui elle connaîtra enfin l’amour. Mais chut, je ne vous en dirai pas plus.

    Je vous conseille vraiment la lecture de ce livre intéressante non seulement par sa capacité à compléter habilement l’histoire d’Oz mais aussi parce qu’il est empli d’humour, de magie et même de beaucoup de sensualité.