Le désespoir du singe – Peyraud & Alfred

    Josef vit dans une ville de pêcheurs. Mais la mer s’assèche et la révolte gronde. Il est sur le point de se fiancer quand son amie peintre, Edith lui présente Vespérine, la femme d’un opposant politique paralysé.  Mais un soir, le Parlement est l’objet d’un attentat. Et tout vole en éclats… Le désespoir du singe vous raconte leur lente plongée dans la guerre.

    Me promenant dans les allées de la salle BD de ma médiathèque, je suis tombée sur le magnifique dessin du tome « La nuit des lucioles ». Comme c’était une trilogie, Le désespoir du singe, j’ai embarqué les trois tomes.

                                          

    Coup de coeur pour le dessin d’Alfred, pour sa manière de rendre les émotions, l’amour surtout. Soufflée par la puissance des sentiments que l’on ressent tout au long de cette trilogie, par la densité des personnages et par tout ce qu’ils véhiculent du monde. Un monde qui n’est pas le nôtre, dans lequel la milice est proche de quelque chose d’extra-terrestre. Et pourtant, un monde si proche du nôtre, avec sa violence, son absurdité et son incapacité à la tolérance.

    Un scénario fort mais complexe, dont certains aspects m’ont néanmoins laissée un peu en dehors.

    Mais il faudrait, je crois, relire cette trilogie pour en saisir tous les enjeux. J’ai particulièrement aimé le traitement des sentiments amoureux. La liberté du personnage d’Edith m’a fascinée, je pense que c’est en elle que je me suis le plus retrouvée. Même si le choix final de Juliette… L’amour, ce sentiment si curieux, si complexe…

    Une BD violente sur le pouvoir, sur la guerre, sur la fatalité. C’est fort mais ce n’est vraiment pas gai.

   En effet, ne pensez pas que cette histoire peut bien finir, elle s’appelle Le désespoir du singe et dès cette bulle, on sait que tout est voué à l’échec. « Tu vois cet arbre, Josef ? On le surnomme « le désespoir du singe » car il ne laisse aucune prise à l’escalade. Notre liaison est comme cet arbre. Elle ne peut se laisser envahir par les sentiments. »

    Comme dans les meilleures tragédies grecques, le souci n’est pas de connaître la fin mais de savoir comment on y est arrivé.

Retrouvez les chroniques de mes comparses du mercredi :

Les tops BD de Noukette et Moka  

    

                    Mylène                                      Nathalie                                  Amandine

      

               Saxaoul                                    EstelleCalim                                Lasardine

      

                    Caro                                          Sabine                                              Bouma

     

                     Karine                                           Blandine                                       Jérôme

 

 

18 réflexions au sujet de “Le désespoir du singe – Peyraud & Alfred”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :