On dirait nous – Didier Van Cauwelaert

   on dirait nous J’ai bien du mal à résister à la petite mélodie facile de Didier Van Cauwelaert alors forcément, j’ai cédé à On dirait nous.

     Illan et Soline sont amoureux fous alors que presque tout pourrait les opposer. Mais le coeur a ses raisons… enfin bref. Mais il y a aussi ce couple de retraités, Georges et Yoa, et cette phrase qu’ils prononcent, et qui change tout « On dirait nous ». Mais ce roman n’est pas le simple récit d’un couple s’extasiant sur un autre plus jeune et leur rappelant leur fougue d’antan. Non, il se nourrit d’un projet un peu fou. Yoa est originaire d’un peuple d’Alaska qui croit en la migration des âmes. Ce qu’elle souhaite par dessus tout : qu’Illan et Soline ait un enfant dans lequel son âme pourrait être accueillie.

    De ce pitch un peu dingue va naître un roman tout aussi dingue. Evidemment, le jeune couple va finir par accepter, pensant ne pas risquer grand-chose, voyant surtout tout ce que cet arrangement (car la contrepartie financière est de taille) va pouvoir arranger dans leur vie. Mais l’emprise de Georges et Yoa est forte et leur présence peut s’avérer pesante.

     J’ai moyennement aimé ce roman. Le début était très entraînant puis j’ai commencé à peiner, trouvant les rebondissements soit lassants, soit improbables ; m’agaçant un peu de l’attitude des uns et des autres sans doute parce que beaucoup de choses étaient courues d’avance. Et il faut dire aussi que je ne suis pas trop dans ces trips de réincarnation (même s’il faut reconnaître que la part critique est largement présente dans l’histoire). Autant je m’étais régalée de Jules, son précédent roman, autant j’ai trouvé celui-ci poussif et pas indispensable. Preuve en est, je l’ai lu il y a une grosse semaine et j’ai déjà oublié la fin… Remarquez, ça tombe bien, ainsi j’éviterai la gaffe de vous la raconter.

Retrouvez l’avis de l’Irrégulière, fan de Didier devant l’éternel

18 réflexions au sujet de “On dirait nous – Didier Van Cauwelaert”

  1. Ha ha ! Au moins, pas de spoil ! 🙂 Ce roman me tentait bien mais j’ai été arrêtée par le prix et l’estimation de temps qu’il me faudrait à le lire… J’attends l’occasion ou le poche.

    Répondre
  2. J’aime bien aussi la petite mélodie facile de Didier Van Cauwelaert mais là tu me convaincs de ne pas le lire, je vais regarder si Jules est à la médiathèque.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :