Elle & lui – Marc Levy

Elleetlui-MarcLevy    Eh oui, mes amis, j’ai lu le dernier Marc Levy. C’est presque une lecture inavouable, non ? Alors figurez-vous que j’ai découvert l’auteur il y a quinze ans, à la sortie de son tout premier roman, Et si c’était vrai, qu’une copine de fac m’avait mis dans les mains. a l’époque, on ne lisait pas de romance, on lisait Marc Levy. Quand vous avez passé une vie de littéraire à ne vous enfiler que des classiques, lire Marc Levy, c’est digne d’un grand écart facial. En moins douloureux, remarquez. Allez, soyons honnête, j’avais lu le roman d’une traite et avait affiché une petite mine fatiguée le lendemain matin. J’ai ainsi lu avec appétit ses deux romans suivants, n’ai pas achevé le quatrième. Ai lâché l’affaire… Voulu lire la suite, en 2005, du premier roman… Regretté… Je sais en avoir essayé un autre (sans l’avoir fini) il y a quatre-cinq ans, mais lequel ?

    Alors pourquoi aujourd’hui ? Parce que la blogueuse est faible… J’ai été invitée au cocktail de lancement de son dernier roman qui, en plus, reprend un personnage secondaire du premier. Alors j’ai craqué !

    Tout d’abord, j’ai été très agréablement surprise par l’auteur lors de la soirée de lancement. J’imaginais un homme imbu de sa personne, uniquement soucieux de mettre un best-seller sur la table chaque année, conscient qu’il suffisait à son livre de porter son nom pour être vendu. J’y ai découvert un homme humble, plutôt mal à l’aise face à tout ce qui est médiatique, un homme qui semble profondément aimer écrire, créer des personnages. Mais surtout un homme qui sait se moquer de lui-même.

    Parce que dans Elle & Lui, Marc Lévy n’hésite pas à écorner son image. Dans Paul, écrivain anciennement architecte, il y a beaucoup de Marc… et pas forcément les traits les plus glorieux. Alors Paul, pour ceux qui s’en souviennent, c’est l’ami de Lauren et Arthur, les amoureux de Et si c’était vrai. Il vit désormais à Paris, ses romans se vendent bien… enfin pas en Occident, en Corée, ce qui l’étonne mais après tout. Grâce aux manigances de ses amis, il va faire la connaissance d’une jeune femme, actrice anglaise venue panser incognito ses plaies amoureuses à Paris. Une histoire d’amour ? Ah non, Mia et Paul ont à coeur d’être amis.

    Je ne vous dirai pas que j’ai passé un mauvais moment, je mentirais. Mais je ne vous dirai pas non plus que c’est ce que j’appelle un bon roman non plus car je mentirais également. Les pages se tournent toutes seules, les personnages sont vraiment sympathiques. Et je dois reconnaître que tout un tas de choses sont même vraiment bien menées. Il y a par exemple une raison bien précise pour laquelle les livres de Paul se vendent en Corée et j’ai trouvé cela vraiment super bien trouvé. J’ai aimé tout ce qui touche aux sites de rencontres, la meilleure amie de Mia, les situations cocasses dans lesquelles se retrouve Paul qui est vraiment un personnage attachant. Mais je persiste à ne pas comprendre pourquoi (même si on veut pouvoir être lu de tous), le texte est aussi faible. Peu de vocabulaire, soit. Mais le gros point faible pour moi ce sont les dialogues qui s’enchaînent sans cesse, sans même un petit verbe introducteur de la parole par ci, par là. J’exagère… sur cinq pages consécutives de dialogue on trouve un « s’exclama Paul » et un « répliqua Paul ». Et ne cherchez pas la description des personnages, il n’y en a jamais chez Marc Levy.

    Relirai-je un roman de lui ? J’en doute. Néanmoins, je trouve que ses romans font lire de nombreuses personnes et c’est une grande vertu.

56 réflexions au sujet de “Elle & lui – Marc Levy”

  1. 😉
    en ai lu un, jamais pu aller au bout et pourtant je lis absolument n’importe quoi ! mais Marc c’est … vide et je crois que ça m’angoisse 😉 même si, et je suis bien d’accord, il mène des tas de personnes à la lecture et puis il parle d’amour héhé !!!

    Répondre
    • « Le vide de Marc Levy m’angoisse », Copyright Framboise. Ah ah ah, je me marre toute seule devant l’écran 🙂

      Répondre
  2. Ta dernière phrase résume toute ma pensée. A mon sens, il n’y a pas de mauvaises lectures. J’ai lu deux Levy ado, et je me suis arrêtée. Bizarrement, celui-ci me tente, je ne sais pas trop pourquoi…

    Répondre
    • Eh bien, fais-toi plaisir. au moins tu auras un avis. Moi ce que je ne supporte pas, ce sont les gens qui jugent sans avoir jamais lu d’un auteur qu’ils se plaisent à descendre.
      Tu vois, je déteste Nothomb. Je peux le dire, j’en ai lu une bonne dizaine. Bon maintenant, faudrait que j’arrête 🙂

      Répondre
  3. Voilà qui ne me fait pas regretter mon choix définitif de ne pas lire Marc Levy ! Certes, il fait lire, c’est une bonne chose mais ce n’est pas une raison pour baisser à ce point le niveau de langue ! Ton billet a au moins le mérite de me faire découvrir l’auteur que je pensais également assez imbu de sa personne.

    Répondre
  4. J’ai le meme parcours que toi!!! C’est drole!
    Par contre ici Levy est lu, par ma femme (et ma mère!) et ca leur permet d’aller ensuite vers d’autres auteurs! C’est une porte ouverte je trouve, comme Harry Potter a amené des ados à la lecture!!! Oui j’ose la comparaison!!! Je suis un fou ce matin!!!
    Merci pour ton billet, je vais passer, mais acheter le bouquin quand même, pour offrir!:)

    Répondre
    • J’ai hésité à comparer avec HP, mais pour moi c’est d’un niveau clairement au-dessus. Je n’ai rien contre la littérature dite « populaire », au contraire, mais un brin de travail sur l’écriture, juste un brin. Les « petits lecteurs » ont droit eux aussi à quelques bons mots, non ?

      Répondre
  5. j’ai eu le même sentiment que toi sur l’homme en écoutant l’émission boomerang sur inter mais si j’avais un peu envie de le lire à la suite de l’émission, ton billet me refroidit carrément 😉 Ce que tu dis sur les dialogue rejoint ce que j’ai pensé de la nouvelle lue dans « 13 à table » où je ne savais jamais qui parlait et ça m’énervait beaucoup 😉

    Répondre
  6. Je me souviens de votre première lecture et de votre seconde. Je me souviens de nos échanges entre collégiennes émerveillées et prof de français ravie qu’on lise, mais « autre chose les filles, ça pourrait être pas mal, hein ?? »
    Je me dis que comme il y a des films reposants, il y a des livres reposants. Rien de transcendantal mais parfois,ça peut être pas mal aussi ^^
    Il faut juste bien faire la distinction.

    Répondre
    • Je suis d’accord ma jolie, sur le principe, à 100 %. Chaque chose qu’on lit peut être un tremplin vers autre chose. Et comme tu suis ce blog, tu sais bien que je ne me prends toujours pas au sérieux et que je lis de tout. Mais juste un peu de travail sur les dialogues, hein, histoire que mon vieux cerveau comprenne bien qui dit quoi 🙂
      En tout cas, il faut vraiment qu’on se revoit !!

      Répondre
  7. Depuis son premier livre, j’en aimé quelques-uns, n’en ai pas aimé d’autres (Où es-tu ? et mes amis, mes amours) et puis je l’ai lâché il y a des années de cela après avoir lu Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites (enfin je crois que c’est le titre) qui m’avait agacée. Je ne sais pas si je relirai un Levy un jour… Parfois certains me tentent donc je ne jure pas qu’on ne m’y reprendra plus (j’ai bien lu certains derniers Musso alors que lui aussi je l’avais abandonné il y a des années :))

    Répondre
  8. J’ai aimé le premier, puis « où es-tu ? « .Ensuite, j’avoue que j’en ai lu pleins juste pour essayer de comprendre ce que les gens pouvaient aimer dans ses livres, sans vraiment trouver de réponses d’ailleurs. Depuis j’ai laissé tomber, mais on ne sait jamais, j’y reviendrai peut-être.

    Répondre
  9. « Elle et Lui » : le titre à lui seul vaut le détour ! Moi aussi j’avais lu « et si c’était niais » oups pardon : « vrai », que j’avais lu, moi aussi, d’une traite. Mais dès le début de mon 2e essai, j’ai fait une overdose au bout de 20 pages ! Comme une autre blogueuse, je suis contente de lire ton billet qui enlève le préjugé que j’ai eu moi aussi d’un auteur assez imbuvable.

    Répondre
  10. Bonsoir Stephie, personnellement je n’ai jamais lu de Marc Levy mais j’ai des lectrices autour de moi qui sont fans et je respecte leur goût (je m’occupe de la bibliothèque loisirs de l’entreprise où je travaille): j’achète des Marc Lévy. Bonne soirée.

    Répondre
  11. Moi aussi j’avais déjà noté la faiblesse du vocabulaire et maintenant que tu le dis, c’est vrai qu’on ne sais pas grand chose du physique des personnages.
    J’en ai lu deux de lui mais je ne sais pas si je lirai celui-ci. Disons que ce n’est pas une priorité!

    Répondre
  12. Pour moi c’est ne pas une lecture inavouable, c’est une lecture impossible ! Et pas par snobisme, hein, tu penses bien. C’est juste au-dessus de mes forces…

    Répondre
  13. J’ai lu les premiers sans véritable intérêt.
    J’ai retenté il y a quelques années et je trouvais que rien n’avait changé par rapport au début.
    Je ne pense pas retenter non plus.

    Répondre
  14. Ah voilà un éclaircissement intéressant… Il ne s’agit pas des personnages principaux de « Et si c’était vrai »; Je me disais aussi que je ne reconnaissais pas leur histoire. Forcément ! Ce n’est pas d’eux qu’il s’agit. Bonne chronique. Dommage, j’aurais pu la relayer sur mon blog, mais j’en ai utilisé une autre pour ce livre. Quoique deux avis valent mieux qu’un ! A voir !

    Répondre
    • Oh oui, je n’oublierai jamais ton article le concernant. Dois-je t’avouer maintenant que c’est ce billet qui m’a donné envie de lancer le « mardi c’est permis ». J’étais vilaine à l’époque 🙂

      Répondre
  15. J’achète tous ses romans à leur sortie, et je me régale à chaque fois. Je cherche de la détente et du vidage de crâne et il est l’auteur parfait pour cela. Celui-là mon mari me l’a offert pour la St Valentin, j’espère avoir bientôt le temps de le lire.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :