Love in vain – Mezzo / Dupont

 LOVE-IN-VAIN-jpg   Et si le diable vous racontait l’histoire d’un grand joueur de blues, un guitariste exceptionnel ? Ouvrez les pages de Love in vain !

    Robert Johnson est un noir américain. Sa naissance et son enfance furent cahoteuses, on disait de lui que c’était un enfant terrible.Et puis, il rencontra l’amour à 19 ans et faillit rentrer dans le droit chemin. Mais Papa Legba – le diable – en avait décidé autrement. Love in vain est l’histoire de cet homme.

     Les planches sont d’un noir et blanc renversants, chaque page aimante le lecteur avec plus de force que la précédente. Le dessin rend parfaitement la misère, les âmes torturées, la fatalité. Pas une once d’espoir dans ces pages, le diable ne rend pas ce qu’il a pris. Et le peu qu’il donne se paie cher. love in vain2

     J’ai été bluffée et emportée par l’ambiance, par la peinture d’une époque, par le récit lui-même. Le diable parle comme un ami et on s’attache vraiment à Robert. Quel personnage, quel artiste ! Mais aussi quelle BD ! Magistrale et à découvrir sans hésiter. Merci ma Noukette pour la découverte.

  Les beaux étés 2 Les beaux étés 2 Les beaux étés 2

               Jacques                                               Noukette                                         Jérôme

Opium   Art Morris  Yaya

               Sabine                                                Yaneck                                                   Bouma

desseins7  dent d'ours  Les enfants de la Résistance

                    Sylire                              Nathalie (tomes 1 à 3)                   Caro

16 réflexions au sujet de “Love in vain – Mezzo / Dupont”

  1. Love in vain reste en effet un excellent souvenir, même si l’histoire reste douloureuse. Je partage amplement ton avis sur la force du dessin.

    Répondre
  2. Pas encore lu, mais cette BD me plait bcp ! Et comme c’est bientôt l’anniversaire du poilu, bref, je note, je commande et j’offre (et puis je lis héhéhé !)
    bisous poulette <3

    Répondre
  3. Robert Johnson me fascine depuis que je suis ado, j’écoutais ses chansons en boucle et j’ai à peu près tout lu le concernant. C’est une légende, un mythe du folklore américain et cette BD est juste somptueuse.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :