De polyamour et d’eau fraîche – Hebert / Calkair / Rodriguez

polyamour Un témoignage de l’intérieur, voilà ce que propose De polyamour et d’eau fraîche. Une vision saine et décomplexée d’une histoire d’amour.

    J’aime réfléchir aux relations amoureuses. Ce n’est pas la première fois que je m’intéresse à cette notion de polyamour. Plus les années passent et moins je crois au modèle exclusif du couple monogame qui doit se contenir sur le compte de la culpabilité. Cependant, j’ai une aversion de plus en plus poussée pour l’adultère basée, elle, sur la dissimulation.

    Cette BD sur le polyamour chez Steinkis me faisait de l’oeil depuis un moment, et j’ai fini par me l’acheter. C’est le témoignage d’un trouple qui en 50 questions va faire un état des lieux de leur relation polyamoureuse. On y parle amour, jalousie, sexualité, intimité, équilibre de chacun. On y parle également du regard des autres, de la manière d’en parler aux enfants quand il y en a dans l’équation. C’est frais, intelligent et ça fait du bien à lire

    Loin de prétendre être un modèle du genre, les trois protagonistes montrent au contraire que, comme dans toute relation amoureuse, il n’y a d’autres règles finalement que l’écoute et la sincérité.

    Ce livre est une mine d’informations, mais surtout il aide à réfléchir.

Aucune volonté de convertir qui que ce soit. Bien au contraire, il donne cependant de la voix à ceux qui vivent leurs relations amoureuses autrement. Pour expliquer et donc ouvrir la voie à une plus grande tolérance. Les polyamoureux ne vont pas venir te piquer ton mec ou ta meuf !

    Je ne sais pas si un jour je vivrai une relation polyamoureuse. Ni même si j’aurai des relations intimes avec une femme. Ce qui est certain c’est que plus le temps passe et plus je suis ouverte à toutes les possibilités. Non par curiosité mais surtout par volonté de vivre la vie comme elle se présente, en me donnant le moins possible de vaines contraintes.

4 réflexions au sujet de “De polyamour et d’eau fraîche – Hebert / Calkair / Rodriguez”

  1. Je trouve le concept intéressant, ou du moins je me fiche de ce que les gens font de leurs fesses, mais je n’ai jamais été témoin de relations ouvertes qui se sont bien passées (toutes se sont terminées d’ailleurs). J’ai l’impression qu’on y cherche un graal qui est impossible, puisque ce qui pollue les relations monogames (patriarcat en tête) est également présent (voire accentue le fait) dans le polyamour.
    Cela dit, pour avoir un autre son de cloche, pourquoi pas lire ce livre ?

    Répondre
  2. Par curiosité je le lirai. Mais je pense que ce qui compte dans une relation, ce n’est pas le genre ni le nombre de personnes, mais la confiance et le dialogue.

    Répondre
  3. C’est super intéressant je suis d’accord. J’ai peur d’être un peu exclusive personnellement mais je comprends le fait de ne pas avoir envie de se limiter (dans le respect des autres).

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :