Treize – Aurore Bègue

treize    Un premier roman qui dérange aux entournures, une plume qu’on a envie de suivre. Treize ne passe pas inaperçu.

    Alice a treize ans et sa soeur Marie en a seize. Le bel âge de l’adolescence, paraît-il. Cet été-là, elles partent en vacances en famille sous le soleil de la Méditerranée. Les deux soeurs sont à cet âge où trois ans peuvent être un vrai fossé. De leur côté, les parents peinent de plus en plus à cacher le malaise de leur couple. Malgré les tentatives du père de jouer à la famille parfaite, les crises de la mère s’intensifient. Et au milieu de tout cela, il y a Paul l’ami de la famille, pas encore 40 ans, et qu’Alice trouve si beau…

    Aurore Bègue offre un premier roman à l’écriture maîtrisée. L’ambiance est lourde, moite, dérangeante. C’est particulièrement réussi. Les caractères des deux soeurs sont fort bien campés, leurs émotions vraiment plausibles. J’ai peut-être été moins sensible à la détresse de la mère, je suis restée en dehors. En ce qui concerne l’intrigue, j’en avais compris une bonne partie très tôt dans le roman. Je regrette un peu que certaines ficelles un tout petit peu trop grosses m’aient un peu enlevé de cette surprise. Néanmoins, si j’avais évidemment compris le dérapage final, je pensais que le drame avait touché une autre personne. Et de fait, il m’a un peu manqué un petit quelque chose. Mais impossible de le raconter ici sans déflorer la fin.

     Un roman que j’ai découvert grâce au groupe formidable des 68 premières fois. Et je peux vous dire que je lirai sans hésiter le prochain texte de cette romancière à la plume prometteuse.

     Retrouvez d’autres avis sur la Toile, tous différents les uns des autres : celui de Charlotte évidemment mais aussi ceux de Jérôme, Philisine, Séverine, Virginie Vertigo, Anne, Gambadou, Fanny, Café Powell, Joelle, Meelly. Et sans doute beaucoup d’autres !

68 premières fois (2)

12 réflexions au sujet de “Treize – Aurore Bègue”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :