Une semaine avec Frédérique Martin

Vous aimerez aussi...

36 réponses

  1. Je l’attendais avec impatience ce billet ! C’est bien ce que je pensais : J’aurais adoré être avec vous 🙂

  2. Emma dit :

    Un bel article pour une très belle aventure, cela doit être magique comme expérience et évidemment un super coin, l’imaginaire doit y aller bon train dans un tel endroit 🙂

  3. Sandrine dit :

    Un très bel hommage à un temps qui a dû être fort en émotions.

  4. saxaoul dit :

    Quelle belle expérience ! J’aimerais bien participer à un atelier d’écriture. Peut être qu’un jour je me lasserai, qui sait ?

  5. framboise dit :

    Sublime billet, sublime expérience, sublime semaine d’écriture, sublimes rencontres … moi qui n’écris pas, ça m’a donné une folle envie de partager cette belle aventure avec vous <3

  6. laurielit dit :

    Je ne sais pourquoi mais je termine ta chronique en pleurant…les mots sont beaux, les liens sont forts. J’avais tellement envie que tu me la racontes cette semaine. Les mots de Frédérique font écho à notre discussion sur « Le fil ». J’aime bien l’image de la balade avec Pépé qui au final intéressera peu de monde. Je suis soufflée aussi de votre talent à toutes, être capable de ne pas s’écrire mais d’écrire pour les autres en partant de soi. Cela me semble tellement difficile…et pourtant en lisant tes billets ou ceux de Sarah (et notamment le lundi), à chaque fois je suis touchée. Bref elle est belle cette semaine, tu as eu raison de te faire plaisir et ton fils fier de toi j’adore ce passage. Trifouille encore au fond de toi, ça fait du bien à ceux qui te lisent. Je t’embrasse toi, Sarah et Frédérique (que je suis jalouse de cette semaine passée à ses côtés, ça l’air d’être une femme merveilleuse que j’ai découvert grâce à toi d’ailleurs).

  7. laurie lit dit :

    <3 des larmes d'émotion ça a du bon. des bisous forts à toi aussi

  8. eimelle dit :

    quel beau compte rendu ! une belle semaine!

  9. sarah dit :

    Moi aussi j’ai les larmes aux yeux.
    Parce que dans tes mots je retrouve les belles personnes qui nous ont accompagnées cette semaine-là. Et je me dis qu’il faut que je réponde aux derniers mails échangés quand j’étais à la plage.
    Parce qu’avec les photos, je retrouve la sérénité du lieu et de l’ambiance.
    Parce que tu dis toute la beauté et l’intensité de cette semaine, sous le formidable « coaching » de Frédérique, même si n’a pas eu le temps de les faire, les fameux apéros fermiers!
    Parce que lire le commentaire de Laurie me touche aussi…
    Bon j’arrête, l’incorrigible bavarde (qui dit plein de trucs pour éviter de dire l’essentiel, probablement 😉 ) va abuser de la déformation professionnelle pour te signaler une petite coquille au sujet de Pernette qu’on NE peut oublier, j’imagine.

    Merci pour ce beau billet, vraiment.

  10. adèle dit :

    Joli récit, c’est une semaine qui fait envie. De bien belles rencontres.

    J’ai suivi 3 séances d’atelier d’écriture au printemps, j’ai beaucoup aimé la bienveillance qui y règne, c’est très réconfortant dans ce monde brutal.
    Mais je suis un peu restée sur ma faim question écriture.
    Disons que ça a été un moment de partage, très agréable. Mais je ne pense pas avoir « fait de progrès » pour écrire.
    Peut-être que écrire ne s’apprend pas ?
    Pourtant je crois avoir lu qu’aux USA existe un enseignement des techniques d’écriture.

    • Stephie dit :

      Oui cet atelier nous a vraiment fait écrire.
      Quant aux ateliers aux USA, je pense qu’ils permettent de choper des automatismes mais pas de trouver notre propre plume 😉

  11. billet touchant, c’est un moment que tu n’oublieras pas … ça donne envie d’y être !

  12. Coucou Stéphie, Sarah et le reste de la troupe. C’est un beau billet qui vient couronner cette semaine que nous avons partagé avec tellement d’intensité. Merci à toi Stéphie, nature généreuse et enthousiaste. Chaque stage porte avec lui son lot de belles personnes, de fortes personnalités et rappelle à quel point nous nous enrichissons au contact les uns des autres, à quel point il est bon de trouver sa place dans la grande famille de l’Homme. Je t’embrasse. Encore Merci.

  13. Garance dit :

    Oh là là, tu m’as vendu l’atelier. La problématique est super intéressante et une de celles qui me travaillent. En plus, je connais le coin ayant été à trois reprises en stage de yoga à Castelneau…

  14. Anny Graule dit :

    Miss Brinborion ,

    Enfin , pas vraiment la Miss de la bagatelle , la Frédérique ! Non , celle qui nous relève nos brinborions dans nos textes .Les petits trucs qu’on a pas vus , ponctuations, clichés … Tant on est à fond dedans .Des petits brinborions ou des grands , qu’importe .Elle est là , attentive , concentrée derrière ses lunettes cerclées de noir , avec ses gestes , elle bouge pas mal . Frédérique nous écoute avec ses yeux ,ses oreilles , son parfum , ses mains ,ses pieds . .Elle nous écoute dire ce qu’on en pense , ce qui ne nous plait plus, tout à coup . Surprise ,elle nous relance , avec une petite « louchette » de gentillesse qui nous re-narcissise .Juste ce qu’il faut , on en sort un texte de neuf pages alors qu’on pensait, le premier jour ,n’en faire aucune .
    On n’a pas eu le temps d’aller se balader , de voir du pays , juste eu le temps à midi , de manger ensemble de bons petits plats , et des desserts succulents servis par Francine ,la maitresse des lieux ,d’aller mettre une bougie à l’église et de lire des psaumes offerts par le bedaud .Faire le tour de ce joli village occitan et retourner dans sa chambre monacale , si apaisante C’était le moment idéal pour s’engloutir dans les mots ,nos mots , et les faire immerger ensuite à la surface de nos textes lus en séance publique avec le ton et l’émotion qu’il fallait, devant des hommes et des femmes compliants. On était cinq unies comme les doigts de la main ,unies dans un même élan , une même envie .
    Merci infiniment , Frédérique .

Laisser un commentaire