L’instant de la fracture – Antoine Dole

fracture
ISBN 978-2-36266-248-5 64 pages • 12,5 x 19 cm

    En cette rentrée, Antoine Dole a deux actualités. Laissez-moi vous parler aujourd’hui de L’instant de la fracture dont on ne peut sortir indemne.

    Paru dans une collection que j’aime beaucoup, L’instant de la fracture est une pépite de style et d’émotion. Je retrouve sa plume dans ce qu’elle a de plus beau, de plus poétique. Dans ce qui fait sa singularité.

    Le narrateur a presque vingt ans. C’est le soir de Noël, tout le monde est autour de la table, parle, rit. Est heureux. Sauf lui. Forcément. En effet, cela fait des années qu’il s’étrangle avec ce secret. Des années qu’il joue la comédie. Enfin, pas lui seulement. L’autre aussi… Celui qu’il fixe et dont il finit par se demander s’il n’a pas tout oublié… Mais ce soir, il doit parler. Parce que ça le brûle au fond des tripes, parce que ça l’empêche d’avancer. Et qu’il n’en peut plus de jouer la comédie au milieu de cette famille dont les bords se fissurent.

   Il y a un peu plus de quatre ans maintenant, je découvrais une nouvelle plume, grâce aux blogueurs Jérôme et Noukette. Un petit livre en apparence tout doux, mais qui m’a asséné la première baffe. Et je n’ai eu de cesse de lire ce qu’il écrit. Et d’histoire en histoire, une seule certitude : Antoine Dole a une plume inimitable. C’est une écriture qui allie beauté et souffrance, une de celles qui vous gratte la peau et ne vous laisse pas vous en sortir indemne.

    Antoine Dole nous offre ici un tout petit roman en vers libres, une réussite tant par sa forme que par son fond. On avance ligne à ligne sur des charbons ardents. On sent que ça va être dur mais on se régale des mots. Jusqu’à cette fracture, justement. Et alors la beauté des mots nous aide à lire cette voix, dont on aimerait bien porter un peu le fardeau.

10 réflexions au sujet de “L’instant de la fracture – Antoine Dole”

  1. Tu le conseillerais pour le collège ? Mes élèves sont friands de la collection « Eco ». J’achète tous les titres ou presque.

    Répondre
  2. Cet auteur est toujours percutant. Je vais l’acheter en notant « réservé troisième », et tant pis pour les parents !

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :