Sous les galets la plage – Pascal Rabaté

par | Jan 5, 2022 | Bande dessinée | 22 commentaires

galets    Démarrer 2022 avec un petit rattrapage d’une BD parue en 2021. Sous les galets la plage de Rabaté est déjà ma 2e BD de l’année.

    J’avais lu et aimé Didier ou la 5e roue du tracteur, alors j’ai eu envie de remettre le nez dans Rabaté, dont j’entends si souvent parler dans notre RDV du mercredi. Sous les galets raconte une rencontre improbable et un changement de cap…

    L’action prend place en septembre 1963 dans une petite station balnéaire française. Trois jeunes fils de famille bourgeoise, un peu livrés à eux-mêmes avant la rentrée universitaire, vont vouloir profiter de leur liberté et expérimenter… Leur route va croiser celle de la jeune et désirable Odette… mais pas seulement…

Tous les liens chez Moka

    Cette BD avait tout pour me plaire. Graphiquement : un grand format, de beaux dessins aux couleurs délicates. Narrativement : des rebondissements, des tensions intéressantes entre les personnages, la rencontre de milieux opposés. Pourtant, si je ne l’ai pas lue avec déplaisir, je n’ai pas non plus été transportée. Je dois reconnaître avoir aimé le twist final mais ne pas avoir vibré outre-mesure pendant l’histoire. Si je devais faire un parallèle, je dirais que j’ai ressenti la même chose qu’à la lecture de l’Etranger de Camus : oeuvre incroyable et qui pourtant m’a laissée de marbre.

    Voilà, ce n’est pas un coup de coeur pour un premier rdv BD de l’année. En revanche, hier, j’ai chroniqué une autre BD indispensable, si ça vous dit.

22 Commentaires

  1. Natiora

    Si je lis un jour cet album ce sera par curiosité, j’ai l’impression que pas grand monde n’est franchement emballé même si ça se lit sans déplaisir.

  2. Vero

    J’ai adoré Les petits ruisseaux de Rabaté, été moins emballée par d’autres titres. J’ai aimé, comme toi, Didier, la cinquième roue du tracteur mais je sais que le travail de Rabaté (ou en tout cas l’intérêt que j’y trouve) est irrégulier. Ce n’est pas le premier avis mitigé que je lis sur cet album alors je ne vais pas m’y précipiter.

    • Stephie

      J’en ai peu lu mais avant celui-ci j’avais donc aimé Didier et pas trop aimé un autre, dont j’ai oublié le titre. Donc on est d’accord, on ne se précipite pas:)

  3. caro

    Rabaté, j’aime assez mais pas toujours… A voir donc peut-être en bibliothèque pour éviter les déconvenues….!

%d blogueurs aiment cette page :